Imprimer

Le président du Comité Olympique et Sportif Algérien (COA), Mustapha Berraf a réagi vivement aux accusations de corruption et de malversation dont il a fait l’objet ce vendredi.

Dans un communiqué publié le même jour et dont Horizons détient une copie, le premier responsable de l’instance olympique s’est défendu, qualifiant ces accusations de "manœuvres mensongères et diffamatoires", visant selon lui à "nuire à l’image du Comité Olympique et Sportif Algérien, à ma personnalité d'homme et à mon honneur". "J'ai l'honneur de porter à la connaissance de l'opinion publique et sportive les éléments d'informations suivants : Dans le cas qui nous concerne, il est utile de préciser que cette affaire à fait l'objet d'un acquittement définitif par la justice algérienne et que les faits qui m'ont été reprochés datent de 2009 à l'apogée du règne d'un homme qui faisait de l'Algérie ce qu'il voulait et avait le droit de vie et de mort sur tous les algériens. Il reste entendu que le Comité Olympique et Sportif Algérien dont j'ai eu le privilège d'être président durant cette période a réalisé un stade homologué d'athlétisme en Kabylie à Tikjda durant la décennie noire a environ 1800 mètres d'altitude, un parcours de santé de plusieurs kilomètres et la rénovation totale du bâtiment saccagé et incendié par les terroristes". dira Berraf dans ce communiqué non sans rappeler que "cette piste a coûté 21millions de dinars alors que celle qui a été réalisée à Bouira à plat a coûté pratiquement le quadruple de son prix". Ces agissements, fera encore savoir Berraf "ont déjà fait l'objet d'une dénonciation calomnieuse par des individus malveillants à la commission d'éthique du CIO qui après enquête et examen minutieux de tous les documents a jugé utile de classer ce dossier". Pour rappel, ce vendredi 20 Septembre, l’Inspection Générale du ministère de la Jeunesse et des Sports a révélé de nombreux rapports accablant la gestion du COA, à sa tête, Mustapha Berraf. Dans ces documents, révélés par la presse, plusieurs affaires portant sur l’attribution de marchés douteux, suspicions de corruption, des malversations et de favoritisme y sont consignés. Parmi ces affaires, les rapports reviennent sur des marchés douteux entrepris par le président du COA durant la réhabilitation du Complexe sportif de Tikjda. Ainsi, les documents révèlent Berraf aurait accordé des sommes en devises à une entreprise algérienne, repondant au nom de « Beriche », en charge de la réhabilitation dudit Complexe. Un procédé totalement interdit par la loi qui interdit de rémunérer en devise une entreprise algérienne effectuant des travaux sur le sol algerien. Les documents du MJS, évoquent egalement l’octroi d’une somme de 250.000 dollars au profit de cette société Algérienne ! Il a été également noté qu’en 2009 des équipements pour un montant de 143 Millions de Centimes ont été accordés à la Fédération Algerienne de Basketball, afin d’équiper le Centre Olympique de Djurdjura. Les rapports indiquent que Berraf aurait accepté, que Sonatrach, en qualité de sponsor, ait déjà accordé 600 millions de centimes pour l’équipement de ce même complexe en 2004 ! Ce qui démontrerait l’existence d’un énorme trou financier au niveau des comptes du Comité Olympique, conclut le rapport. Des malversations sont également enregistrées au niveau de certains marchés d’achats d’équipement, parmi lesquels des achats de véhicules non justifiés. Des prêts ont également été accordés à des membres du COA et de certaines Fédérations Sportives de la part du Président Berraf sans que le Comité Exécutif n’en ait connaissance. Les rapports évoquent également une aide de 11.5 Milliards de centimes accordée par le COA au profit du Fond National de Promotion des Initiatives de la Jeunesse et des Pratiques Sportives.        

Mehdi F.