Imprimer

Jeudi dernier, plus de 300 souscripteurs LSP Draria, ont tenu un sit-in de protestation devant le siège de l’entreprise de réalisation Batigec, du groupe Benhamadi à Oued Semar ( Alger). Ils ont dénoncé le long retard dans la réalisation de 2684 logements, inscrits dans le plan quinquennal 2005-2009  et la levée de toutes les contraintes qui retardent le lancement des chantiers. Des banderoles sont affichées à l’entrée principale. « Où es le ministre ? », « Il faut que les responsables se secouent et se ressaisissent», « Ya Batigec ya Condor, khafou Rabi deniya dor », peut on lire. Venus d’un peu partout des communes d’Alger, les souscripteurs de tout âge et sexe, ont clamé, haut et fort,  leur colère.  « Sur 2684 logements, 500 logements seulement ont été livrés il y a une année », s’emporte Karim, un souscripteur qui confie avoir versé 280 millions de centimes en deux tranches.  

Le retard n’est en aucun cas justifié, selon des souscripteurs qui rappellent que la majorité écrasante des bénéficiaires a payé la totalité de sa contribution financière. « Du jamais vu !  Je loue un studio alors que j’ai payé mon logement. Je ne peux pas dialoguer avec des personnes qui m’ont trahie et volée », s’indigne Ghania qui qualifie la situation « d’insupportable ». Après un  refus catégorique de recevoir les souscripteurs et la presse, une réunion a fini par avoir lieu entre les délégués de souscripteurs et la Direction Générale de Batigec afin de trouver un terrain d’entente pour la relance du chantier.

Selon Mohamed Bouhbila, membre de l’association « 2684 logements Draria Saoula », « le ministère de l’habitat et la wilaya d’Alger sont  au courant mais nous ont fait savoir qu’ils ne peuvent pas débloquer de fonds   parce que Batigec souffre de mauvaise gestion ».  Le chantier de 2684 logements connait un taux d’avancement des travaux de 37% », précise un souscripteur qui s’ étonné du refus des autorités d’ accepter leurs propositions. «Le promoteur doit soulager les gens qui souffrent et de louer en déboursant plus d’argent, non ? », s’interroge t-il.  « Nous avons proposé deux solutions. A la CNL, il y a des « désisteurs », nous devons être prioritaires et il y a des logements d’emprunt. Cela fait presque un mois que le DG de Batigec nous a promis de régler cette situation et nous a fait part une liste de 21 logements libres », rappelle t-il. « Ce ne sont que des paroles », assène notre interlocuteur avec dépit.

Les victimes ont crée une association pour organiser des actions structurées. Par cette action, ils lancent un énième appel aux autorités pour prendre en charge leurs doléances. Un rassemblement devant le palais du gouvernement est d’ores et déjà prévu, lundi prochain. D’autres sit-in seront organisés par des souscripteurs d’autres wilayas (Constantine et Msila)  
Samira Sidhoum