bannière vote
Il y a trente ans, disparaissait Mustapha Kateb
Search
Vendredi 13 Décembre 2019
Journal Electronique

Mustapha Kateb, disparu le 28 octobre 1989, aura passé plus de 50 ans de sa vie au service de l'action théâtrale en Algérie. Sa longue carrière était soutenue par le souci permanent de donner à la pratique du 4e art une assise académique, celle-là même qui continue d'animer l'enseignement du théâtre dans les nombreux instituts nationaux spécialisés dont il est à l'origine, ainsi que dans les écoles et les universités.

Mustapha Kateb, marque ses débuts dans le théâtre en 1936, d'abord à la radio, puis en créant la troupe,"Alif, Ba" avec entre autres, Allal El Mohib, Abdellah Nekli et Sid Ali Fernandel, avant de rejoindre l'ensemble "El Motribiya", dirigée par le doyen du Théâtre national algérien, Mahieddine Bachtarzi. Le comédien Kateb récidive une dizaine d'années plus tard, en constituant la troupe, "El Masrah", bien après "El Masrah El Djazaïri", distinguée à plusieurs festivals internationaux durant les années 1950, l'ex. Union Soviétique et quelques pays de l'Europe de l'est, notamment. Active jusqu'en 1954, "El Masrah El Djazaïri" aura servi de base à la formation des jeunes et de tremplin aux plus doués d'entre eux, comme Sid Ali Kouiret, Ahmed Debbah, ou encore Yahia Ben Mebrouk.

En 1948, Mustapha Kateb rejoint la "Troupe du Théâtre Arabe" (TTA) dirigée alors, par Mahieddine Bachtarzi, metteur en scène. Avec ce dernier, dont il sera plusieurs fois l'assistant, il donnera, tous les vendredis jusqu'en 1956, deux représentations en langue arabe. Il quittera l'Algérie en guerre, pour aller en France, où il se consacrera au Théâtre engagé entre 1956 et 1958, année où il rejoindra Tunis pour présider la troupe artistique du FLN. Plusieurs travaux montés par cette troupe et mis en scène par Mustapha Kateb, étaient destinés à porter dans le monde la voix du peuple algérien en lutte pour son indépendance.

                                       Pour un théâtre académique, aux normes

Premier directeur à être nommé en 1963 au Théâtre national algérien (Tna), Mustapha Kateb mettra son expérience au service des jeunes artistes. Aux côtés des pièces qu'il mettra en scène "El Hayatou Holm", "El Ghoula", "Le cadavre encerclé" et "L'homme aux sandales de caoutchouc" de Kateb Yacine, il adaptera des œuvres de grands dramaturges comme William Shakespeare, Berthold Brecht, Nazim Hikmet et autre Tewfik El Hakim.

Qualifié par ses pairs de "visionnaire-pédagogue", il propagera davantage son action qu'il consignera dans, "El Halqa" et "Révolution et Culture", deux revues culturelles, dédiées au théâtre et aux débats d'idées. Inauguré trois ans après l'indépendance, l'Institut national d'art dramatique et chorégraphique de Bordj El Kiffan (d'Alger), devenu en 2004, Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l'Audio-Visuel d'Alger, est également à inscrire à son actif.

Nommé en 1973 au poste de conseiller au ministre de l'Enseignement supérieur, il s'attèlera à la promotion du théâtre universitaire, à travers l'élaboration d'un programme académique et la création d'ateliers, organisés entre 1975 et 1984, au profit des étudiants intéressés par la pratique du 4ème art. Il mettra à profit son passage au Conseil populaire de la ville d'Alger (1985-1988), à l'ouverture du Conservatoire de la ville d'Alger et donnera également le coup d'envoi à la construction de cinq complexes culturels dans plusieurs quartiers de la ville.

Vouant sa vie au service de la culture en Algérie, Mustapha Kateb, a fait partie de la deuxième génération d'hommes de théâtre, après celle de Mahieddine Bachtarzi, Ali Sellali (dit Allalou), Rachid Ksentini et Mohamed Touri. Au-delà du théâtre, Mustapha Kateb a été distribué dans plusieurs films algériens, avant de revenir en 1988 à la direction du Tna.

Il décèdera le jour même de la disparition d'un autre grand nom de la culture algérienne, son cousin, le romancier et dramaturge Kateb Yacine.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Foire de la production nationale

La 28e Foire de la production nationale ouvrira ses portes le 19 décembre au Palais des expositions des Pins Maritimes, Alger.

 

CAAR
La Compagnie algérienne d’assurances et de réassurance organisera, le 15 décembre, au CIC d’Alger, à partir de 9h, une journée portes ouvertes sous le thème «la CAAR à l’écoute de ses partenaires».

Ambassade de la RASD

L’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique organisera, du 19 au 23 décembre, les travaux du 15e congrès du Front Polisario.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

Agenda culturel

Café littéraire de l’Opéra d’Alger

La chanson bédouine en débat

Le café littéraire de l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh organisera, le 21 décembre à 16h, une rencontre-débat autour de la chanson bédouine «Aiyai, le chant de l’ouvert», animée par le professeur Hafid Hamdi Cherif.

Galerie d’art Aïcha-Haddad
Mourad Foughali expose ses toiles

Au grand bonheur des passionnés des arts plastiques, l’artiste peintre Mourad Foughali expose à la galerie d’art Aïcha-Haddad, à Alger, une série de toiles sous le thème «Rayonnement des sens». Organisée par l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, l’exposition se poursuivra jusqu’au 20 décembre.

Musée des beaux arts

A l’initiative de l’ambassade d’Espagne à Alger, de la Royale académie des beaux arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger, une exposition, intitulée «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnole Goya, se tiendra jusqu’au 15 décembre prochain au Musée des beaux arts d’Alger.

 

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept