Alice Kaplan présente « En quête de l’étranger »:Sur les traces de Camus
Search
Mardi 20 Août 2019
Journal Electronique

Alice Kaplan est une écrivaine américaine, historienne, titulaire d’un Phd en langue française, qu’elle enseigne actuellement à l’université de Yale aux Etats-Unis. Elle est spécialiste de littérature française du XXe siècle et considérée comme la spécialiste d’Albert Camus. Et c’est de Camus et de son œuvre « L’étranger » qu’elle est venue parler dimanche dernier, à l’institut français d’Alger.

« Si un auteur peut mourir, son œuvre reste en vie et traverse les siècles, et on peut parler de naissance d’un livre, de sa gestation, de sa formation et son accomplissement et même de ses enfants » estime l’universitaire, soutenant que « L’étranger » est le livre dont la vie a le plus compte dans la sienne. Elle décide donc d’écrire une biographie, non de Camus mais de son roman « l’étranger ».

« Comme si je racontais l’histoire de mon meilleur ami » confie-t-elle. Voulant se rapprocher autant que possible de Camus, de son travail et de son état d’esprit lors qu’il rédigeât son roman, elle se lance alors un défit « Pourrais-je lire L’étranger comme si je le découvrais pour la première fois », confie-t-elle. C’est là, dit-elle que l’Algérie est devenue l’élément central de son enquête. « L’Algérie est restée longtemps la pièce manquante de ce qu’on m’a appris de L’étranger, elle est reste absente de ma connaissance de l’œuvre » affirme Kaplan.

« Je me suis rendu compte, dit-elle, que ce qui séparait Camus de De Beauvoir et Sartre était sa naissance en Algérie dans un milieu pauvre, son éducation et sa relation avec la nature » affirme l’universitaire

Alice Kaplan a voulu restituer quelques éléments de ses promenades en Algérie qui lui ont permis de lire « L’étranger » autrement. Son livre dit-elle, « est tissé de balades, de fouilles les journaux dans les carnets de Camus et ses manuscrits. C’est donc une topographie de l’œuvre que j’ai réalisé ».

Kaplan déclare « je ne voudrais pas débattre de la position de Camus par rapport à l’Algérie, ce débat est satur » et même miné. Je m’intéresse à lieu générateur de fiction et j’entends la notion d’influence algérienne de façon très concrète non idéologique ». Camus, dit-elle, a vécu l’Algérie comme une fontaine pour tout son travail.

 

L’œuvre décortiquée

Cinq éléments principaux ont fait l’objet de la conférence d’Alice Kaplan, des éléments clés, dit-elle, dans la naissance et le cheminement de l’œuvre de Camus.

Le premier élément est la maison de Camus à Telemely, qu’il nomme « La maison devant le monde ». Cette maison fut d’abord le lieu d’un échec littéraire pour Camus, son premier livre « La mort heureuse », dont il n’était pas satisfait et qu’il avait mis dans un tiroir, « Le frère ainé de  L’étranger » dit-elle. Kaplan va à la recherche de cette maison. « Imaginez ma joie presque enfantine lors que moi aussi j’ai gravé cette  colline qui mène vers la maison de Camus». « Cette montée m’a appris quelque chose d’essentiel sur Camus. J’avais imaginé le jeune démuni de Belcourt, vivant dans le silence et la misère. J’ai découverts l’homme ambitieux, l’homme de théâtre dont les meilleures amies sont des héritières oranaises ». Lors de son écriture de son premier roman « La mort heureuse », surgit dans ses notes une autre histoire, celle d’un homme condamne à mort ; celui qui deviendra Meursault et il habite Belcourt, déclaré Kaplan.

Le second élément de sa quête est « Alger Républicain », journal où Camus écrivait. « C’est en travaillant come journaliste qu’il devient l’écrivain qu’il était ». A Alger Républicain, il écrivait sur des procès auxquels il assistait et c’est un de ces procès qui fera l’objet de son roman, celui du Cheikh El Okbi, équivalent, dit-elle, de l’affaire Dreyfus. Camus passe des heures au tribunal d’assises à écouter les témoignages. Il s’inspire des personnages pour écrire « L’étranger ».

Un troisième élément évoqué par Alice Kaplan, qui inspire également Camus, est le film « Le Schpountz » de Visconti, interprète par Fernandel. C’est ce film dit-elle qui donne l’intrigue principale de « L’étranger ». Ce film, dit-elle, constituait une détente pour Camus, dans ce métier harassant de journaliste, ou se reconnaissait-il dans le personnage de Fernandel 

Le quatrième élément est Paris. Camus est banni en 1940, par le gouvernement français d’Algérie « Pour ses écrits anticoloniaux et pacifistes à Alger Républicain ». Paris est aussi le lieu où il termine d’écrire « L’étranger ». Kaplan énumère les différents lieux où Camus avait résidé, son travail à « France Soir », « Un travail qu’il détestait » affirme-t-elle. Sa vie à Paris, sa solitude, sa nostalgie de l’Algérie, lui inspirent également quelques passages du roman.

En fin la plage de Bouisseville, près d’Ain Turc à Oran où Camus a passé le mois de juillet 1939 avant de partir à Paris. C’est aussi le lieu où se produit un fait divers qui inspire le meurtre commis par Meursault dans le roman. Kaplan va à la rencontre de la famille de la victime, qui n’est pas morte en réalité. Elle épluche les journaux de l’époque pour retracer ce fait divers et découvre que « l’Arabe » qui ne porte pas de nom dans le roman, est Kaddour Betouil et que l’auteur du forfait est Bensoussan.

Alice Kaplan déclare aussi que lors de ses recherches dans les manuscrits de Camus le personnage est transcrit « Mersault » et non « Meursault », et ajoute « la question qui reste pour moi non élucidée est « Qui a ajouté le « U » a Meursault ?

 

L’histoire d’une quête

Alice Kaplan raconte l’histoire d’une des œuvres d’Albert Camus les plus lues et les plus traduites dans le monde. Subjuguée par l’œuvre et sa réussite ainsi que l’intérêt qu’elle suscite de génération en génération, elle se lance sur les traces et sur la genèse de la première œuvre de Camus. De cette quête nait un livre, « En quête de L’étranger » qu’elle signe aux éditions françaises Gallimard. Ouvrage récemment réédité en Algérie par Barzakh.

Kaplan découvre le roman de Camus à l’âge de 15 ans. Il lui est offert en livre de poche. Comme beaucoup d’élèves de français dit-elle, « j’apprends l’imparfait et le plus que parfait, grâce à des phrases de « L’étranger » recopiées au tableau ». À l’université elle étudie Camus en même temps que De Beauvoir et Sartre. Elle apprend dit-elle « que l’existence précède les sens, Que la mauvaise foi est un formidable moteur pour la fiction et que les copains de Sartres sont deux manifestations de l’absurde ». On m’apprend, ajoute-t-elle,  « qu’une œuvre littéraire ne doit être lue, ni par rapport à la vie de son auteur, ni par rapport au engagement de celui-ci, car ce qui compte c’est le langage, la rhétorique et le style ». 

Hakim Metref

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence sur Zighoud Youcef au Musée du Moudjahid : Le « sauveur» de la révolution

      Les événements du 20 août 1955 auraient «sauvé» la révolution, selon Mohamed Guechoud . Lors d’une rencontre, Mardi, au musée du Moudjahid, ce membre de l’ALN a rappelé qu’à cette période la révolution passait par une phase difficile, suite à la mort et l’arrestation d’un bon nombre de leaders du FLN, dont des membres du groupe des 22. «C’est ce qui a compromis la stratégie de lutte suivie jusque là. La France coloniale avait mobilisé toutes ses forces dans la région des Aurès, pensant que c’était le fief de la révolution», a-t-il expliqué. « Très vite, elle a mis la région sous- embargo, rendant difficile la communication entre les chefs de la révolution et l’acheminement du ravitaillement», a-t-il renchéri.

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de la Solidarité
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, présidera, le  1 er  Août  à 11h, un déjeuner en l’honneur des pèlerins pris en charge par la présidence la République, choisis parmi les familles les plus démunies issues de différents wilayas du pays.

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, sera au Caire, les 01 et 02 Août , pour participer aux travaux de la 3e session du Comité technique spécialisé sur la santé, la population et le contrôle de la drogue.

Ministères de l’Agriculture et des Ressources en eau
Les ministres de l’Agriculture et des Ressources en eau coprésideront, le 1er Août à 9h, à la wilaya de Mascara, une rencontre intersectorielle de la mise en œuvre du programme d’extension des superficies irriguées.

Ministère de l’Enseignement supérieur
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid, présidera, le 1er Août   à 9h, à la salle de conférences du ministère, les travaux de la conférence nationale des universités.

 

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 1 er  Août  à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 384e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

Etablissement arts et culture

L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger organise, jusqu’au 31 juillet à la galerie d’arts Aïcha-Haddad, une exposition collective avec les artistes Akila Saïm, Hani Benkaci, Abdeslam Cherfaoui et Nassima Abdoun.

 

Ministère de la Formation professionnelle 

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organise une campagne d’information et de sensibilisation pour les inscriptions de septembre 2019 et informe :
         - Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 septembre sur le site web  et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle.
         - Les journées de sélection et d’orientation : les 22, 23 et 24 septembre.
         - La proclamation des résultats :  le 26 septembre.
         - Rentrée officielle : le 29 septembre.

 

 Oref

L’Office Riadh El Feth organise, jusqu’au 31 juillet de 10h à 20h30 au cercle Frantz-Fanon, une exposition collective d’arts plastiques et de photographies d’art intitulée «Vue sur mer». 

Galerie Ezzou’Art

La galerie Ezzou’art abritera jusqu’au 31 juillet un vernissage de l’exposition «Voyage à travers l’art», de l’artiste peintre Aïcha Khodja Semar.

Office Riadh El Feth

L’Office Riadh El Feth organise jusqu’au 31 juillet au cercle Frantz-Fanon de 10h à 20h30, une exposition collective d’arts plastiques et photographies d’art intitulée «Vue sur mer.»

 

Algérie-Etats-Unis : 2e édition de l’université d’été de la Fondation AAF-CEST du 28 juillet au 3 août à Batna

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organisera, du 28 juillet au 3 août, à l’Université Mustapha-Ben Boulaïd de Batna, la 2e édition de l’université d’été de la Fondation algéro-américaine pour la culture, l’éducation, la science et la technologie (AAF-CEST), et ce, avec le concours du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Alger.

    

ONCI
L’Office national de la culture et de l’information lance son programme «l’été en musique» et organise du 1er au 5 août au Casif de Sidi-Fredj (Alger) :
-Cinéma en plein air dimanche et mardi.
-Spectacle varié au profit des enfants chaque mercredi.
Soirée artistique à 22h
Le 1er août : Cheb Houssem, Nadia Guerfi, Abdou Skikdi.
Le 2 août : Bilel Sghir, Mohamed Djefel, Nacir Naciro.

Salon des études à l’étranger
Le Salon des études à l’étranger organisé par Kaplan International se tiendra le 3 août de 9h à 19h à l’hôtel Holiday Inn de Chéraga, à Alger.

 

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 1er août à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 384e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

TNA
Le Théâtre national algérien abrite, jusqu’au 3 août, la 9e édition du Théâtre du Sud.

Université Oran 1
L’Université Oran 1 Ahmed-Ben Bella et la Chambre de commerce et d’industrie d’Oran, à travers sa commission tourisme, organiseront, du 15 au 17 décembre à Oran, un colloque international sur les technologies de l’information au service du tourisme innovant de la ville d’Oran.

 

Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem- Bessaieh accueillera, les 14, 15 et 16 août prochains, le «Dzaïr Show». Plusieurs invités seront de la partie, dont Djam, Wary Nichen, Kader Bueno, Réda Seddiki, Malaika Belliard et Oumar Diaw. L’événement sera animé DJ R-One.

APC de Sidi M’Hamed
La commune de Sidi M’hamed organise, du 3 au 8 août, la semaine culturelle de Timentit Adrar à partir de 16h au parc de la Liberté.

 

SNTF : Nouveaux horaires sur la ligne Alger-Constantine
De nouveaux horaires seront mis en place à partir du 1er août sur la liaison de grande ligne Alger- Constantine, a indiqué hier la Société nationale des transports ferroviaires  (SNTF) dans un communiqué.
Concernant la ligne Alger-Constantine, le départ de la gare d’Alger est prévu à 7h25, tandis que l’arrivée est programmée à 14h49 en gare de Constantine. Quant à la ligne  Constantine-Alger, le départ a lieu à 6h40 et l’arrivée à Alger est prévue à 13h25

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept