Imprimer

« Nous sommes une force de propositions et notre priorité est le retour  à la légitimité à travers un processus électoral transparent, sans à avoir à imposer un candidat particulier aux électeurs », a déclaré le coordinateur du Forum civil pour le changement (FCC). Pour Abderrahmane Arrar, qui intervenait, Vendredi à Zeralda , à l’ouverture du congrès national constitutif du FCC, il y a « nécessité de créer un climat serein et propice à ce rendez-vous national ».

Il plaidera ensuite pour « la libération des manifestants arrêtés lors des marches de vendredi » pour assurer, dit-il, « une meilleure adhésion au scrutin du 12 décembre prochain ». Arrar n’exclut, pas toutefois, la possibilité de voir le FCC présent à la présidentielle prochaine avec son propre candidat. « Il est temps de structurer notre dynamique et élargir le débat au 48 wilayas sur les questions politiques », a-t-il suggéré. Sous le thème «le Hirak, processus de changement», le FCC a ainsi tenu son Congrès avec la présence de pas moins de 400 participants représentants différentes wilayas. Il s’agit, selon son coordinateur de créer «un dialogue politique basé sur les principes de respect de l'opinion, de la diversité et du droit à la différence entre les acteurs de la société civile». Les participants ont eu à débattre de la situation politique actuelle du pays, durant cinq séances. dont la première a porté sur «le Hirak, processus de changement et la gouvernance politique de l'Algérie nouvelle». Le FCC vise, à travers sa   structuration à « définir l’ancrage juridique du Forum pour mieux cerner cette dynamique au niveau national avant d’adopter une nouvelle stratégie politique pour les cinq prochaines années (2020-2025) », a révélé Arrar. Le FCC a préconisé plusieurs axes pour renforcer la capacité de ses adhérents en matière de communication et d’information. « Nous restons très attentifs au processus du changement qui touche l’Algérie car la finalité est d’arriver à faire émerger une classe politique jeune issue de la société civile », a t-il soutenu tout en précisant que « le FCC ambitionne d’être une force politique de proposition sans avoir à être un parti politique ». Ce qui ne devrait pas empêcher, affirme t-il, « le FCC de suivre de prés tout processus électoral», assurant que « le Forum restera fidele à son identité étroitement liée à la société civile ». Pour Arrar, « il est impératif de procéder, après l’élection du nouveau président, à la réforme de la Constitution et l’ouverture d’ateliers pour la réforme des secteurs stratégiques ». Parmi les objectifs du Forum figure aussi le développement de stratégies de changement sur la base des propositions découlant du principe du dialogue. Il est aussi question de relancer la réflexion sur l’avenir de l’Algérie après la présidentielle et la création de la nouvelle république. Le Forum compte par ailleurs soumettre des propositions avec une vision future pour promouvoir les secteurs de la technologie et de la communication dans le pays. S’agissant des axes stratégiques que compte développer le FCC, au lendemain du congrès, il a été évoqué le renforcement des capacités de ses membres à faire des propositions politiques, le renforcement de l’information et de la communication pour une meilleure intégration et utilisation des différents moyens de communication pour promouvoir la proximité sociale et la culture citoyenne.

Les congressistes devraient élire, aujourd’hui, leur président après avoir validé et adopté une charte de valeurs. Le document comporte, notamment, l’attachement à l’identité nationale dans ses différentes dimensions, le respect des lois de la république, la rupture avec l’ancien système et l’attachement au dialogue continu avec toutes les parties. actives dans la société.

Assia Boucetta