Karim Younes : «Le prochain mandat présidentiel ne peut qu’être transitoire »
Search
Jeudi 04 Juin 2020
Journal Electronique

Le coordinateur de l'Instance nationale du dialogue et de la médiation, Karim Younes a assuré, jeudi à Alger, que le dialogue demeurait "le moyen le plus sûr" pour aboutir à une solution consensuelle à la crise politique."La crise politique que traverse le pays, depuis la fin du quatrième mandat de l'ex-président de la République, a érigé le dialogue en un moyen le plus sûr pour aboutir à une solution consensuelle permettant une sortie de l'impasse", a précisé M. Younes lors d'une conférence de presse.

Dans une déclaration liminaire, il a réaffirmé que le panel n’a pas vocation à être le porte-parole d’une institution, de partis ou d’associations ou de représenter le mouvement populaire. Avec le hirak, Karim Younes dit partager les revendications portant sur les droits et les libertés individuelles et collectives et les garanties requises pour un scrutin crédible. «  C’est au titre de cette lourde mission que le panel souhaiterait programmer une conférence nationale pour à la fois, désigner la commission de préparation, d’organisation et de contrôle du scrutin électoral et élaborer la feuille de route du prochain mandat présidentiel », a-t-il souligné. Un mandat qui, selon lui, ne peut « qu’être de transition, au cours duquel il sera procédé à une révision profonde de la Constitution ».

Pour lever toute équivoque sur la mission assignée à l’instance, il a souligné qu’elle mènera une « médiation entre les acteurs politiques nationaux afin d’engager une dialogue qui puisse aboutir à une feuille de route consensuelle pour la sortie de crise ». Dans ce sillage, il a précisé que sa rencontre avec le Chef de l’Etat à la demande de ce dernier a permis aux membres du panel d’expliquer la démarche et de demander des mesures d’apaisement, ainsi que le changement du gouvernement, « mesures que seul l’Etat peut prendre ».

Pour mener à bien cette mission, il a estimé que l’instance a besoin du soutien franc et sincère de la classe politique ainsi que celui du mouvement citoyen à travers sa mobilisation constructive. A propos des personnalités qui ont refusé de rejoindre le panel, Karim Younes a souligné qu’il respectait ce choix. « Les membres du panel sont conscients des limites de leur action, dans un contexte critique, porteur de toutes les menaces sur les institutions, l’ordre et la stabilité, l’intégrité et la souveraineté nationales. Il prend acte du refus d’un certain nombre de personnalités nationales, de renforcer son potentiel humain et respecte ce choix », a-t-il indiqué.

Concernant le délai du dialogue, il a indiqué que l’instance ne peut pas fixer une échéance. « On n’est pas des fonctionnaires. C’est avec les partenaires et dans le cadre de la conférence nationale devant sanctionner notre travail que sera fixée la date des élections présidentielles. Le pouvoir en décidera ensuite après avoir pris acte de le feuille de route finale de l’instance », a-t-il observé.

En réponse au mouvement estudiantin qui rejette le dialogue, Younes a indiqué que chacun a le droit d’avoir sa propre opinion. Ammar Belhimer président de la commission politique de l’instance a estimé, en ce sens, qu’il faut éviter le raisonnement unilatéral et biaisé car lors de la première rencontre avec les hirakistes beaucoup de jeunes étudiants ont soutenu la voie du dialogue.

                                                Pas de dialogue avec les partis de l'ex alliance présidentielle

Invité à se prononcer de nouveaux sur les mesures d’apaisement, Karim Younes s’est montré optimiste et semble convaincu « que le pouvoir concrétisera ces demandes. « l’important dans ce processus, c’est le résultat. Il faut laisser le temps au temps. Ce n’est pas du donnant-donnant », a-t-précisé.

Les membres de ce panel, à l’instar du juriste en droit constitutionnel, Fatiha Benabou, ont exprimé, à cette occasion, leur refus de "l'option de la constituante (Assemblée constituante) au vu de ses répercussions négatives", affirmant que la situation en Algérie "est entièrement différente" de ce qu’ont connu certains pays ayant fait recours à cette option. Elle a estimé que les élections présidentielles sont un moyen de concrétiser des articles 7 et 8 de la constitution.

Concernant les partis de l'ex alliance présidentielle désireux s’inscrire dans ce dialogue national alors qu’ils sont rejetés par la rue, Karim Younes a souligné que si le peuple les refuse l’instance ne peut que traduire les positions de la rue. « Maintenant s’ils peuvent soumettre leur propositions directement au pouvoir sans médiation, ils n’ont qu’à le faire », a-t-il renchéri.

Karima Alloun Kordjani

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

Ministère de l’Environnement
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Mme Nacéra Benharath, présidera, le  04 juin , dans la wilaya de Ghardaïa et la wilaya déléguée d’El Ménéa, la célébration de la Journée mondiale de l’environnement.

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale diffusée sur les ondes de la Radio Chaîne I à 16h, sera le  03 juin , consacrée à la sensibilisation sur le danger de laisser les enfants seuls dans un véhicule.

Radio algérienne
L’Etablissement public de radiodiffusion sonore organise, le  04 juin à 9h, à l’auditorium du centre culturel Aïssa-Messaoudi, une cérémonie en l’honneur du personnel de la Radio algérienne mobilisé depuis le début de la crise sanitaire.

 

Assurance et finance islamique 

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, la 2e édition du Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Salon Impex2020
Le Salon Import-export inter-africain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Djazagro
Le Salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins Maritimes d’Alger.

Culture
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report à des dates ultérieures du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. La date limite de dépôt des candidatures à ces deux manifestations à été donc prorogée.

Algérie Télécom
Algérie Télécom a lancé le 27 mars dernier le service de demande de lignes téléphoniques et celui de la signalisation des dérangements via son site web www.algérietelecom.dz .Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre via le courrier électronique les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements sur le site web sans déplacement.

 

 

 

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept