Imprimer

La tenue d’une élection présidentielle est l’unique solution pour mettre fin à la crise que traverse le pays. « Le prochain président de la République entamera alors de grandes réformes qui seront la base de la nouvelle Algérie à laquelle aspire le peuple », a affirmé Merdredi ,le secrétaire général par intérim du RND. Selon Azzedine Mihoubi, « le président de la République élu démocratiquement aura à ouvrir les grands dossiers pour instaurer un Etat de droit et d’engager la nation sur le bon chemin ».

S’agissant du refus des différentes propositions de sortie de crise, il dira que « leurs adeptes n’ont qu’à apporter l’alternative ». « Près de 40 initiatives ont été soumises par plusieurs organisations de la société civile et partis politiques. Des groupes de personnalités et experts ont également exposé leur vision pour mettre fin à la crise. Cette effervescence dénote l’engagement et le désir de tous de passer à une autre étape, celle de la construction positive », a estimé Mihoubi. Le RND, prone le concept de « la transformation républicaine ». « La transition démocratique a été réalisée après les événements d’octobre 1988. Des acquis ont été arrachés tels que le multipartisme, l’ouverture médiatique » , a-t-il rappelé . Pour lui, «  les revendications du mouvement populaire sont l’approfondissement des réformes pour plus de liberté, de citoyenneté ».« Le renforcement des institutions de la République est l’un des axes de notre feuille de route que nous allons au prochain président », a insisté le SG du RND.

Répondant à ceux qui plaident pour la dissolution des partis de l’ancienne alliance présidentielle, il a souligné qu’ « telle démarche est anti-démocratique ». « C’est du populisme. Nous voulons une Algérie nouvelle qui accueille tous ses enfants en dépit de leurs différences. L’exclusion n’est pas une solution car cela peut être appliqué sur certains partis qui étaient dans le gouvernement et participé à la lapidation et à la corruption. Ils se disent dans l’opposition mais leurs faits et gestes disent autre chose », a-t-il fait observer.

Sur les attaques dont fait l’objet l’institution militaire, il a indiqué que « celle-ci a sauvé la nation plusieurs fois de la disparition ». « L’ANP s’est battue contre le terrorisme durant la décennie noire. Aujourd’hui, elle s’est engagée aux côtés du peuple et mène une lutte sans merci contre la corruption. Il faut laisser la justice faire sans travail », a clamé Mihoubi. Evoquant la mission « courageuse » de l’instance de médiation et de dialogue, il a déploré sur « les pressions que subissent ses membres ». « Toutefois, ils entament leur travail d’une façon normale dépassant toutes les critiques et attaques à leur encontre », dit-il, précisant que « le dialogue est une exigence de l’heure». Pour Mihoubi, « rester dans le cadre de la constitution prémunira notre pays de toute dérive ». « L’Armée et la présidence de la République respectent la Constitution et les lois », a-t-il martelé. Interrogé sur l’installation du nouveau ministre de la justice, il a expliqué qu’elle s’est faite en accord avec la constitution. Le RND à cet effet réitère sa satisfaction par rapport au respect par les institutions de la Constitution.  Enfin, le responsable du RND a indiqué que « la vidéo de Ouyahia relayée sur les réseaux sociaux appartient à une époque bien révolue ».

Karima D.