Imprimer

Le directeur général de la Radio algérienne, Djamel Senhadri, a assuré, ce jeudi, dans un message lors d’une conférence sur la responsabilité des citoyens envers la société, au centre culturel Aissa Messaoudi, que des moyens et des ressources humaines importants sont mobilisés pour une couverture, responsable et de qualité, de tous les événements et activités liés à la campagne électorale et aux élections présidentielles. «La Radio algérienne se déploiera, avec ses 55 chaines nationales et régionales, sur le territoire national pour accompagner le processus électoral.

Elle suivra de près toutes les activités des candidats et de leurs représentants ainsi que celles de l’Autorité nationale indépendante des élections», assure-t-il dans un message, lu par le directeur général de la radio coran. Une couverture de qualité, soutient-il, sera assurée par toutes les chaines de la Radio algérienne, qui compte consacrer un grand espace aux débats constructifs autour notamment des programmes des candidats. «Nous allons également animer des émissions politiques pour analyser la situation de l’heure, évoquer les défis actuels, les préoccupations et les perspectives de la nation.

La parole sera donnée à tous les candidats pour s’exprimer, d’une façon équitable et quotidienne», affirme-t-il dans cette rencontre, organisée par la Radio Coran, dans le cadre de la célébration du Mawlid Ennabaoui Echarif. Cette conférence, souligne le DG de la Radio algérienne, c’est pour sensibiliser autour de l’importance du dialogue dans la consolidation de l’unité nationale et sociétale. «Les citoyens ont une responsabilité envers la société comme cette dernière, à travers ses institutions, a une responsabilité envers eux. C’est une responsabilité à deux sens qui est une condition sin qua non pour la préservation de l’unité et de la solidarité nationales. La Radio algérienne, pour sa part, œuvre à assumer sa responsabilité dans cette conjoncture politique difficile, à travers un travail de qualité», rapporte-t-il, estimant que le scrutin présidentiel est une opportunité pour poursuivre les réformes, continuer à lutter contre la corruption et prendre en charge les revendications soulevées. L’universitaire Imad Ben Amer, a indiqué que c’est cette responsabilité partagée qui garantit la stabilité et la sécurité des pays. «La constitution de la médina à l’époque du prophète Mohamed que le Salut Soit sur Lui, qui est la source de toutes les constitutions actuelles, se construit justement autour de la stabilité et de la sécurité. C’est cela qui permet d’atteindre le but suprême de la vie terrestre, à savoir, vivre dans la dignité», explique-t-il.

Le prophète, poursuit-il,  a instauré, à travers la constitution de la médina qu’il avait établi, la sécurité interne en propageant la culture de la réconciliation et en interdisant la violence dans toutes ses formes. «Il a ensuite, définit les droits civiques, le droit à la citoyenneté, les droits politiques de chaque citoyen, dans le respect de la pratique des cultes et des différentes religions, prohibant le racisme…Il a instauré ce qu’on appelle aujourd’hui, les droits de l’homme», relève-t-il. La lutte contre la pauvreté, les maladies et l’analphabétisme ne date pas d’aujourd’hui, révèle-t-il. «Cette lutte date de l’époque du prophète. Il a toujours dit que ce sont ces trois éléments qui menacent la stabilité et la sécurité d’une nation. Il incitait à ce qu’on appelle aujourd’hui, le développement durable et interdisait toute forme de propagande, de rumeurs et de fausses informations», fait-il savoir, appelant à ce que les citoyens et la société suivent l’exemple du prophète en matière de responsabilité.

Farida Belkhiri