Imprimer

La salle de conférences Mouloud Kacem-Naît Belkacem de l’université Ferhat-Abbas-Sétif 1, abritera du 14 au 16 du mois en cours, le premier congrès international d’urologie pédiatrique consacré aux malformations congénitales chez l’enfant.

Organisé par le département de chirurgie pédiatrique de l'hôpital mère-enfant d'El Eulma, en collaboration avec l'université Ferhat Abbas et le laboratoire des maladies cardiovasculaires et des maladies génétiques, cette première édition verra la participation de plus de 500 participants, dont une centaine d’éminents professeurs, conférenciers et chercheurs de plusieurs pays tels que l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, les Émirats arabes unis, le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Iraq, le Pakistan, la Turquie, la France et les USA.

Selon les responsables du comité d’organisation, cette manifestation scientifique est la première du genre au niveau africain et dans le monde arabe. Elle s’inscrit dans le cadre de la formation continue des spécialistes dans cette filière à travers des conférences, des ateliers, des vidéos et des expositions programmées tout au long de ces trois journées qui permettront de mettre à jour les dernières découvertes en la matière. Il est prévu également la signature d'accords de coopération entre universités et centres médicaux internationaux. Ce sera aussi une opportunité pour les praticiens algériens d’adresser leurs préoccupations directement aux médecins spécialistes étrangers afin d'obtenir des réponses aux dernières découvertes. Au cours de cette rencontre, 17 enfants, de différentes régions du pays, atteints de malformations congénitales ont été programmés pour être opérés par d’éminents professeurs connus à l’échelle mondiale. Une première en Algérie. Ce sera l’occasion de mettre en œuvre de nouvelles techniques concernant cette pathologie, notamment l’hypospadias et l’épispadias.

Cette rencontre scientifique sera bénéfique à plus d’un titre, nous dit-on, dans la mesure où elle permettra de bénéficier de certains savoirs et des nouvelles techniques chirurgicales de pointe pratiquées actuellement dans certains pays. Et c’est l’un des objectifs entrants dans le cadre de la formation continue des spécialistes algériens. Selon les organisateurs, de telles opérations chirurgicales effectuées uniquement à l’étranger coûtent entre 50.000 et 100.000 euros.

                                                               ‘’Family meeting’’

Pour la première fois dans le pays, des rencontres, dénommées ‘’family meeting’’ seront organisées. Cette nouvelle pratique consiste à convier les parents des enfants malades en présence de leurs médecins traitants d’exposer devant les experts la maladie de leurs progénitures. Quant aux objectifs de cette manifestation scientifique, le Dr Nabti Sara, membre du comité d’organisation, spécialiste en chirurgie pédiatrique, a souligné qu' « il s'agit d'imposer la chirurgie pédiatrique algérienne sur la scène internationale et de suivre la recherche scientifique utilisant l'anglais lors de la conférence ». Ajoutant : « C’est aussi pour former une nouvelle génération professionnelle à travers les conventions de coopération et les échanges avec les experts des pays étrangers. De créer un centre et une cellule nationale multidisciplinaires pour la prise en charge des enfants atteints de malformations congénitales complexes en accompagnant leurs parents et leur faciliter ainsi la qualité de leur vie quotidienne. Ce sera l’occasion de formuler de nouvelles recommandations pour garantir les cas complexes, lancer une campagne de sensibilisation pour souligner le bon suivi de la grossesse et ainsi permettre un diagnostic précoce pour les malformations ».

Azzedine Tiouri