Liban: Aoun et Nasrallah admettent la nécessité de changer le système politique
Search
Mercredi 30 Septembre 2020
Journal Electronique

Le président Michel Aoun a reconnu, dimanche dernier, la nécessité de changer le système politique au Liban. Quelques heures plus tôt, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah avait annoncé être prêt à discuter d’un nouveau «pacte politique» dans le pays, où les communautés religieuses se répartissent le pouvoir. 

 

Dimanche dernier au soir, il s’est engagé à «appeler au dialogue les autorités religieuses et les dirigeants politiques afin d’arriver à une formule acceptable par tous», qui nécessiterait des amendements constitutionnels. Visant à répartir le pouvoir entre les différentes communautés du pays qui en compte 18, ce système est accusé d’être la source de blocages politiques. Dans le même temps, des consultations parlementaires ont débuté lundi matin pour désigner un nouveau Premier ministre, le chef du gouvernement Hassan Diab ayant démissionné le 10 août, sous le coup de l’explosion meurtrière qui avait dévasté des quartiers entiers de Beyrouth.
Dimanche dernier au soir, les ténors de la communauté sunnite ont annoncé s’être entendus sur le nom de l’ambassadeur du Liban en Allemagne, Moustapha Adib, qui devrait être entériné lors de ces consultations. Ce professeur d’université de 48 ans a obtenu l’aval des principaux blocs parlementaires, notamment ceux du parti présidentiel, le Courant patriotique libre, et de ses deux alliés chiites, le Hezbollah pro-iranien et le mouvement Amal. Mais cette personnalité relativement inconnue, proche de l’ancien Premier ministre et milliardaire Najib Mikati, devrait être rejetée par le mouvement de contestation populaire qui exige le départ de la classe politique. Le drame du port, dû à la présence d’une énorme quantité de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth au vu et au su des responsables, a alimenté la colère de la population. La catastrophe a fait plus de 190 morts et plus de 6.500 blessés et détruit ou endommagé les domiciles de quelque 300.000 personnes, qui n’ont reçu aucune aide du gouvernement. L’explosion a également mis à genoux le pays qui ployait déjà sous le poids d’une grave crise économique aggravée par la pandémie de coronavirus. Dimanche dernier, l’ONU a averti que plus de la moitié de la population risque de manquer d’alimentation de base d’ici la fin de l’année en raison de l’aggravation de la crise économique et de la destruction des silos de blé au port de Beyrouth.
Le Liban a initié des négociations à la mi-mai avec le Fonds monétaire international pour obtenir une aide financière, mais le processus est actuellement au point mort. Dimanche dernier, Talal Salman, un conseiller du ministère des Finances impliqué dans les négociations avec le FMI a indiqué avoir présenté sa démission, emboîtant le pas à deux autres membres de l’équipe de négociateurs. Hier soir, le président français Emmanuel Macron s’est rendu au Liban, pour la deuxième fois depuis l’explosion meurtrière au port de Beyrouth, pour presser les dirigeants libanais de constituer un «gouvernement de mission» pour sortir le pays de la crise économique et politique. Macron avait évoqué, vendredi dernier, les «contraintes d’un système confessionnel» qui ont conduit «à une situation où il n’y a quasiment plus de renouvellement (politique) et où il y a quasiment une impossibilité de mener des réformes».

 

  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Parlement
Le Parlement avec ses deux chambres ouvrira sa session ordinaire le 2 septembre. La séance d’ouverture du Conseil de la nation est prévue à 11h. 

 Exposition  virtuelle

Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

Fédération algérienne de voile 
Le premier stage des sélections algériennes de voile se déroulera la mi-août à l’Ecole nationale des sports nautiques et subaquatiques d’Alger-Plage (Est).

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept