Imprimer

Le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, arrivé en tête des législatives tunisiennes, a indiqué dimanche qu'il proposait son chef historique Rached Ghannouchi pour le poste de président du Parlement, et répété vouloir un Premier ministre issu du mouvement.

Ennahdha a remporté les législatives du 6 octobre en décrochant 52 sièges, loin toutefois de la majorité (109), et le parti conduit des négociations ardues en vue de la formation d'un nouveau gouvernement.

"Il a été décidé de présenter la candidature de Rached Ghannouchi pour la présidence du Parlement", a déclaré lors d'une conférence de presse à Tunis Abdelkarim Harouni, le chef du conseil de la choura, l'organe consultatif du parti. "La priorité va au Parlement, parce que c'est au sein de l'Assemblée que les lois et les décisions sont prises", a-t-il dit.

Le parti Ennahdha n'a en revanche toujours pas indiqué à quelle personnalité il souhaitait voir confier la tâche de former un nouveau gouvernement. Il a pour cela jusqu'à vendredi prochain.

Devant la presse, M. Harouni a affirmé que le nom de Rached Ghannouchi avait été précédemment suggéré par le conseil de la choura pour tenir ce rôle. Mais il a finalement été décidé de donner la priorité au Parlement, a-t-il expliqué. Le nouveau Parlement doit tenir sa première session plénière mercredi.