Paralysie de l’activité économique durant l’Aïd: des pertes sèches enregistrées
Search
Samedi 24 Août 2019
Journal Electronique

Les deux jours chômés et payés de l’Aïd ont un impact non négligeable sur la productivité des entreprises, en particulier, et sur l’économie nationale, en général. Une incidence dont peu se soucient. Parmi eux des économistes.

"Un groupe d’experts s’est penché sur le sujet. Il ressort de leur étude que 60 millions de dollars de pertes sont enregistrés durant les deux jours de l’Aïd El Adha. Multiplier ces chiffres par le nombre de journées fériées, vous saurez la totalité. Parmi les causes, il y a l’arrêt des communications bancaires sachant que les banques algériennes effectuent des transactions avec près de 500 établissements financiers à travers le monde. Ceci engendre assurément des pertes en espèces réduisant ainsi les rentrées d’argent», explique Mebarek Malek Serraï, économiste et consultant international. Des unités de production et des entreprises de services sont également en latence durant cette période. «Le débarquement des marchandises est bloqué dans les ports en l’absence des responsables et des dockers. Pendant ce temps, les bateaux en rade qui attendent d’être déchargés coûtent cher en surestaries dues justement à cette attente», relève-t-il. L’expert note aussi le pourrissement des produits agricoles faute d’ouvriers qui s’absentent à l’occasion des fêtes. Selon lui, 12% de la production est perdue. «Une étude de la FAO en collaboration avec des experts algériens a mentionné des pertes sèches notamment dans les champs. Fruits et légumes pourrissent avant la cueillette à cause du prolongement de la période de maturation», note Serraï. Il a également mis en avant le phénomène du gaspillage en tous genres. «Une perte sèche de 30% de sucre est enregistrée alors que la matière première est importée en devises. Utilisé comme ingrédient dans plusieurs gâteaux et plats, une bonne partie de sucre se retrouve dans les poubelles», souligne l’économiste.

Kamel Rezig, économiste et enseignant universitaire, établit le même constat. «Dans n’importe ville d’Algérie, l’Aïd est synonyme d’un gel quasi général de l’activité économique et commerciale. Cette paralysie s’étale sur une semaine», constate Rezig, rappelant que dans d’autres pays musulmans, à l’instar de la Turquie, de l’Egypte ou de l’Arabie saoudite, c’est durant cette période que le commerce bat son plein, vu l’énorme demande. Pour l’économiste, si l’Aïd El Adha est sacré pour tous les musulmans, le travail doit l’être également. «Du moment que le commerçant est inscrit sur le registre national du commerce, il est tenu d’assurer le service», soutient-il. Toutefois, il a évoqué l’inutilité du programme de permanence prôné par les autorités. «Il est inconcevable que le ministère du Commerce soit obligé d’intervenir pour désigner les commerçants concernés par la permanence et de sanctionner les contrevenants», soutient-il.

Rezig a, en outre, rappelé les dépenses allouées pour les opérations de contrôle des permanenciers, alors qu’il est plus facile d’ouvrir et de poursuivre son activité. Une question : comment y remédier à cette problématique récurrente ? Pour les deux experts, une révolution culturelle est à même de changer les mentalités à tous les niveaux, consommateurs, commerçants et pouvoirs publics. «Chacun doit assumer sa responsabilité dans son poste, commerçant, pharmacien… tous à la même enseigne», affirme Serraï.

Karima Dehiles

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence sur Zighoud Youcef au Musée du Moudjahid : Le « sauveur» de la révolution

      Les événements du 20 août 1955 auraient «sauvé» la révolution, selon Mohamed Guechoud . Lors d’une rencontre, Mardi, au musée du Moudjahid, ce membre de l’ALN a rappelé qu’à cette période la révolution passait par une phase difficile, suite à la mort et l’arrestation d’un bon nombre de leaders du FLN, dont des membres du groupe des 22. «C’est ce qui a compromis la stratégie de lutte suivie jusque là. La France coloniale avait mobilisé toutes ses forces dans la région des Aurès, pensant que c’était le fief de la révolution», a-t-il expliqué. « Très vite, elle a mis la région sous- embargo, rendant difficile la communication entre les chefs de la révolution et l’acheminement du ravitaillement», a-t-il renchéri.

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de la formation professionnelle

Le Ministre de la formation et de l'enseignement professionnels M. Dada Moussa Belkheir effectuera le 25 et le 26 Aout à 8h30 une visite de travail et d'inspection dans les wilayas de Tiaret et Ain Defla .

 Don de sang

La fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, pour répondre en masse à l’appel du cœur.

 Ambassade de Vietnam

A l’occasion du 74e anniversaire de la fête nationale du vietnam, l’ambassade de la république socialiste du vietnam en Algérie organise le 27 Août à partir de 18h30, à la salle Ibn Zeydoun Riad El Feth, une exposition de photographies sur le vietnam et une projection d’un film documentaire intitulé » Vietnam, joyau de l’Asie ».

 FNA

Le président de front national Algérien M. Moussa Touati aujourd'hui à 10 une conférence de presse au siège de front.

 Mouvement el Binna

Le Mouvement El-Bina organise aujour'hui à 10h à Sétif un rassemblement populaire annimé par Le président du mouvement M. Abdelkader Bengrina .

 Wilaya d'Alger

Le wali d'Alger M. Abdelkhalek Siouda effectuera aujourd'hui à 7h30 une visite d'inspection des projets de secteur de l'éducation national dans la wilaya.

 

 

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept