Entretien avec l’historien Abdelmadjid Merdaci: «Il n’y a pas d’indépendance sans libertés»
Search
Jeudi 19 Septembre 2019
Journal Electronique

Le 5 juillet 1962 est le jour de la rupture avec l’ordre colonial et le début d’une souveraineté retrouvée au terme d’une glorieuse Révolution. Cinquante-sept ans plus tard, sa célébration coïncide avec une mobilisation populaire sans précédent. Celle-ci accapare, depuis le 22 février dernier, l’actualité. Des millions d’Algériens revendiquent dans la rue un changement radical du système. Est-ce le prolongement de l’esprit de qui a mené vers cette indépendance ? L’historien Abdelmadjid Merdaci en parle dans cet entretien.  

Depuis le début du Hirak, des similitudes avec la liesse du 5 juillet 1962 sont souvent évoquées. Y a-t-il une quelconque analogie?  

On ne peut pas comparer la liesse du mouvement social actuel et celle de l’indépendance. Le 5 juillet 1962, les Algériens étaient heureux de se retrouver sous l’emblème du FLN. Leur liesse était aussi impressionnante que légitime. Pour s’en convaincre, il suffit de revoir les images diffusées sur l’arrivée du gouvernement provisoire à Dar El Beida avant de rejoindre la capitale. C’était un mouvement décisif qui a intervenu dans une période importante de notre histoire. Celui-ci n’a rien à voir avec le mouvement planifié et manipulé, qui se tient tous les vendredis, sous le registre du Hirak. Il n’existe aucune analogie entre le FLN qui a conduit de manière courageuse la Guerre d’indépendance et les jeunes qui insultent la mémoire de ceux qui ont libéré le pays. Ces derniers ne semblent pas mesurer la haine que suscite l’Algérie et qu’entretiennent l’extrême droite française et les anciens de l’OAS. Après quatre mois de manifestations, les choses se décantent et révèlent l’existence de deux principaux courants qui contrôlent les marches. Il s’agit des néo-islamistes et des néo berbéristes. Je crois que l’Algérie mérite mieux. Son destin doit se construire sur le principe des libertés tel que proclamé par le projet du 1er novembre. Nos jeunes ont, malheureusement, été privés de leur histoire. C’est pour cette raison qu’ils ont de la passion pour ce pays.

 Que faut-il retenir de la date du 5 juillet, 57 ans après l’indépendance?

 Il faut savoir que la date de l’indépendance est le 3 juillet 1962. Un référendum d’autodétermination eut lieu le 1er juillet 1962 et le 3e jour du même mois le gouvernement français, à sa tête le général De Gaulle, prend acte des résultats de la consultation. Il publie, le 3 juillet 1962, un message de reconnaissance officiel de la souveraineté et de l’indépendance de l’Algérie. De Gaulle envoie un message officiel aussi à Abderahmane Fares qui présidait l’exécutif provisoire. Ce dernier a aussitôt hissé le drapeau algérien sur le bâtiment qui l’abritait à l’ex-Rocher noir (ancienne appellation de Boumerdés). Le même jour, les Nations unies publient un communiqué officiel de reconnaissance de l’Etat algérien. L’Algérie est officiellement indépendante le 3 juillet 1962. La question qui se pose aujourd’hui est naïve mais pleine de sens. Car si l’Algérie était indépendante le 5 juillet, qu’en est-il de son statut les 3 et le 4 juillet ? On admet le choix et la décision prise par feu le président Benbella qui a fixé la date du 5 juillet pour répondre à la reddition humiliante du Dey Hussein le 5 juillet 1830. Mais qu’en est-il de la décision du président Boumediene qui a transformé cette date en fête de la jeunesse ?

57 ans après l’indépendance, quels sont les points forts et les fragilités de l’Etat algérien? 

Il est très difficile de faire le bilan. Ce qui est sûr, c’est que tout est à reconstruire car les Algériens ont été privés de leur histoire. Il faut savoir que la prise du pouvoir par l’alliance de Boumediene et Ben Bella en juillet 1962 a fait émerger une forte opposition au sein du FLN. Les premiers opposants au régime au lendemain de l’indépendance ce sont Krim Belkacem et Mohamed Boudiaf, des fondateurs même du FLN. C’est pourquoi il faut arrêter d’imputer toutes les misères et impostures imposées par le régime au FLN. La bureaucratie mise en place, conjuguée à une imposture historique ont fait que la jeunesse demeure encore loin de son histoire.

Que faut-il faire pour transmettre les valeurs révolutionnaires qui ont conduit à l’indépendance à la jeunesse?

Le mot clé est dans la proclamation du 1er novembre. Il est temps de mettre en avant les valeurs de la liberté sans qui il n’y a pas d’indépendance. La nouvelle génération a, ainsi, besoin de revenir à la lecture du projet du premier novembre qui garantit toutes les libertés dont le choix du culte, des idées, des modes de vie… Or, depuis 1962, nous n’avons eu qu’une indépendance formelle sans libertés. Il est du devoir de la jeunesse aussi de respecter la mémoire de ceux qui ont déclenché le 1er novembre, un mouvement d’une portée exceptionnelle. Aujourd’hui, la seule bataille qui vaille pour donner sens à l’indépendance est celle des libertés. Mais est-ce que le mouvement des masses actuel se bat pour les libertés ? La question se pose.

Entretien réalisé par Assia Boucetta

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Histoire et patrimoine:Belkacem Babaci tire sa révérence

      Le moudjahid et historien, Belkacem Babaci est décédé, mardi à Alger, à l'âge de 80 ans. Né en 1939 à Alger, le défunt a rejoint les rangs du Front de Libération nationale (FLN) alors qu'il avait 20 ans avant d'occuper après l'indépendance, plusieurs postes dans des institutions étatiques. Feu Belkacem Babaci a occupé, durant plusieurs années, le poste du président de la "Fondation Casbah" créée en 1991, dans le but de protéger et préserver cette ancienne médina classée en 1992, patrimoine de l'humanité de l'Unesco.

Sciences et Technologies

L'agenda

  

Ministère des Moudjahidine
Sous le patronage du ministre des Moudjahidine, le ministère organise,  le 19 septembre  à 9h30 au CNERH 1er-Novembre 1954, une conférence à l’occasion du 61e anniversaire de la création du Gouvernement provisoire de la République algérienne, le 19 septembre 1958.

Ministère des Affaires étrangères
Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, rencontrera,  le 19 septembre , à 8h15, au siège du MAE, son homologue togolais, Robert Dussey.

Ministère de l’Education
Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, effectuera  le 19 septembre une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Blida.

Ministère du Tourisme
Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, présidera,  le 19 septembre à 8h30 à l’hôtel Mazafran (Alger), la rencontre sur la préparation de la saison saharienne 2019-2020.

Ministère de la Santé

Sous le parrainage du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, l’Agence nationale des greffes organisera, le 21 septembre à 8h à l’Institut national de santé publique, une journée d’étude dédiée à l’évaluation annuelle des activités des greffes.

 

CADC
Le Centre algérien de développement du cinéma organisera le 21 septembre, à 10h, à la salle Ibn Zeydoun (Alger), l’avant-première du film « Papicha» de Mounia Meddour.

 

Musée du moudjahid

Le Musée national du moudjahid organisera les 16 et 19 septembre respectivement la 397e et la 398e rencontre à 10h et simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

  

HCA

Le Haut-Commissariat à l’amazighité organisera, les 28 et 30 septembre à Tébessa, un colloque international sur «la résistance des femmes en Afrique du Nord de la période antique jusqu’au XIXe siècle».

 

 Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, à faire don de sang.

 

Expo-finances
La 9e édition du Salon des banques, assurances et produits financiers se tiendra du 19 au 28 décembre au Palais des expositions (Alger).

 

 

Salon international de l’art culinaire
Le 3e Salon international de l’art culinaire, sous le thème «cuisine et santé», se déroulera, du 16 au 20 octobre à la Safex (pavillon S), Alger.

 

Centre de transfert et de certification des compétences

Le Centre de transfert et de certification des compétences organisera, les 29 et 30 septembre à 9h à l’hôtel Mercure d’Alger, un séminaire sur les indemnités de départ à la retraite, impôts différés et liasse fiscale de l’exercice 2019.

 

Association Grain de paix
L’association «Grain de paix» organise, du 16 au 21 septembre en son siège à Oran, une session de formation intitulée «Agir contre la violence et promouvoir la culture de paix».

 

Délégation de l'Union européenne en Algérie
La Délégation de l'Union européenne en Algérie, en collaboration avec les Etats membres de l'UE représentés en Algérie, le Ministère de l'Environnement et des Energies Renouvelables, organise le samedi 21 septembre à partir de 10h30 au niveau de la plage Khelloufi I (Zeralda) une journée de sensibilisation à la lutte contre la pollution marine.

 

ONCI et l’association Sirius
L’Office national de la culture et de l’information et l’association Sirius d’astronomie organisent du 3 au 5 octobre à la maison de la culture Malek-Haddad de Constantine, le 17e Festival national d’astronomie populaire.

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept