L'éditorial
Search
Vendredi 17 Janvier 2020
Journal Electronique

Légitimité démocratique

La locomotive de l’Algérie nouvelle, marquée du sceau du devoir d’accompagnement de l’Armée nationale populaire et de l’engagement patriotique des novembriens déterminés à sauver l’Etat nation de la dérive chaotique, se met résolument en route. A l’approche du rendez-vous historique du 12 décembre, le compte à rebours a commencé. Dans moins d’une semaine, le verdict de l’Autorité nationale indépendante des élections et, éventuellement, du Conseil constitutionnel sera connu à l’issue de l’opération minutieuse de la validation des dossiers déposés par les 22 candidats à la candidature. A l’effet de rendre plus fluide et plus efficace le traitement impartial des candidatures, l’Anie a confié à 60 experts, répartis dans 10 commissions, la mission de vérifier la conformité des dossiers des postulants. L’épreuve de vérité peut dès lors commencer pour les candidats retenus in fine, mus par la volonté de répondre à «l’appel de la patrie» et convaincus de l’urgence de la solution légale immuable pour tourner définitivement la page tumultueuse de la crise et consacrer la souveraineté du peuple. La démarche, majoritairement soutenue par la classe politique, entend imposer la légitimité des urnes voulues propres et intègres, à la faveur de la mise en place de l’Anie engagée dans la bataille de la crédibilité. Le combat contre la fraude et la volonté de veiller à la protection du choix populaire alimentent «le projet de la nouvelle Algérie» qui mobilise les 22 candidats encore en course. Dans cette étape historique qui consacre la rupture fondamentale avec le régime finissant des castes et des oligarques et les pratiques criminelles de la dilapidation des richesses nationales et la mal-gouvernance à base de cooptation et d’allégeance, il appartient au peuple de se prononcer librement sur son destin en s’appropriant, par un vote massif, les urnes du changement démocratique.
Horizons

L’ANP au diapason du défi technologique

L’ANP, digne héritière de l’Armée de libération nationale, se renforce pour l’accomplissement de ses missions constitutionnelles de défense de la souveraineté nationale. Face aux défis dramatiquement de la décennie sanglante et les tentatives de déstabilisation de l’Etat-nation, engagé dans un processus de refondation démocratique obstrué par les «têtes de la discorde», le bras séculaire de l’Algérie historique se dote d’une vision efficiente fondée sur la professionnalisation, la modernisation et la maîtrise des technologies de pointe. A la veille de la célébration du 65e anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre, il est tout à fait indiqué de mesurer le chemin parcouru et les réalisations accomplies. Dans son allocution, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, en visite à la 1re Région militaire, a ainsi évoqué le parcours national «clairvoyant» de l’ANP et les fruits des efforts consentis dans tous les domaines clairement traduits par des «réalisations de qualité». Lors de sa visite au département transmissions, systèmes d’information et guerre électronique, le chef d’état-major de l’ANP a mis l’accent sur les différentes missions de cette «unité sensible et vitale». Le Centre national des transmissions constitue «la composante principale du système des transmissions de l’Armée nationale populaire et relie, à travers des liaisons de transmission sécurisée en fibre optique, l’ensemble des centres de télécommunications, et ce, en concrétisation de la stratégie visant l’acquisition des facteurs de la parfaite maîtrise des technologies modernes et leur emploi optimal dans le travail professionnel intégré», a souligné Gaïd-Salah, pleinement convaincu que «les guerres futures seront essentiellement des guerres électroniques». Il importe, dès lors, d’accorder un grand intérêt pour ce centre qu’il s’agit de hisser au plus haut niveau de la performance pour en faire une valeur ajoutée garantie par un potentiel humain qualifié et l’acquisition des équipements de pointe. Telle est l’ambition de l’ANP qui entend se mettre «au diapason des défis accélérés imposés par le devoir de la sauvegarde de l’indépendance de l’Algérie et la préservation de sa souveraineté nationale».
 Horizons

La mue démocratique 

Le tempo est donné pour l’enracinement du processus électoral annonciateur de la véritable démocratie. Depuis hier, à minuit, l’étape charnière du dépôt de la liste des signatures a solennellement pris fin pour écarter les candidatures fantaisistes, alimentées par l’appel de détresse d’un postulant en quête de soutien, et donner la pleine mesure à une compétition crédible cautionnée, en premier ressort, par le choix citoyen de ses représentants. Sur les 147 candidats à la candidature, l’écrasante majorité est passée à la trappe, malgré un assouplissement notable de la loi électorale, pour céder le passage à une dizaine de concurrents au long parcours et à la représentativité désormais incontestable. Il appartient à l’Autorité nationale indépendante des élections de procéder à la validation des signatures pour connaître les vagissements d’une campagne électorale inédite. Ce baisser de rideau autorise un nouveau départ pour l’avènement d’une Algérie nouvelle revendiquée depuis le 22 février par les citoyens. Une Algérie nouvelle qui consacre la rupture avec l’ère des «Présidents fabriqués», du système de la cooptation ancrée dans les mœurs de la classe politique laminée et de la fraude institutionnalisée. La mue démocratique, confortée par l’entrée en course des candidats retenus, consacre le droit incontournable du peuple au choix souverain de ses élus totalement ignoré par les partisans de la transition imposée par des formations sans ancrage social et en mal de représentativité. Elle se fonde sur l’Anie travaillant à rendre impossible la fraude, en associant des jeunes et des universitaires à la surveillance du scrutin et en mettant fin à la mainmise de l’administration. Et, en levier important, elle se fonde sur la «révolution» de la justice en guerre contre les «dinosaures» qui ont pris, pendant 20 ans, la magistrature enfin libérée des mains de la bande. «Inhabituel de par son envergure et sa nature», le profond changement apporté dans ce secteur stratégique, jamais connu depuis l’Indépendance, entend, d’abord, stopper la dérive à l’origine du «recul des libertés» et, ensuite, rétablir la crédibilité de la justice. A la veille de l’échéance capitale du 12 décembre, la mutation n’est pas de trop.
Horizons

Des relations enracinées

Le premier sommet Russie-Afrique, qui s’est déroulé les 23 et 24 octobre derniers à Sotchi, augure de nouvelles perspectives de coopération et une piste de partenariat économique solide dans le sillage de la dynamique d’ouverture que fait sienne le continent noir suivant le principe gagnant-gagnant. Le cas des relations bilatérales entre l’Algérie et la Russie en est une parfaite illustration, dès lors que leur cheminement historique n’a cessé, depuis la Révolution nationale, d’évoluer et de se renforcer dans tous les domaines, à commencer par les échanges commerciaux et les investissements qui connaissent une consolidation constante. Le volume des échanges commerciaux entre notre pays et la Russie a atteint en 2018, les 5 milliards de dollars. Lors de sa rencontre avec le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, en marge du sommet de Sotchi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la Russie considère l’Algérie comme l’un des partenaires commerciaux essentiels en Afrique et dans la région Mena. Force est de constater que les relations entre Alger et Moscou se portent bien et se renforcent davantage. Depuis la signature, en 2001, d’un partenariat stratégique, la coopération économique, en stagnation durant les années 1990, a connu un nouvel élan et une diversification notamment dans les secteurs stratégiques. Et c’est justement dans la perspective de consolider cette relation que s’est tenu l’entretien du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, avec son homologue russe. Il est ainsi convenu d’explorer les voies de développement des relations bilatérales «enracinées et ancestrales» telles que qualifiées d’ailleurs par Vladimir Poutine. Le renforcement du partenariat stratégique trouvera indéniablement son prolongement dans le cadre de la coopération globale entre l’Union africaine et la Russie, pour laquelle notre pays est tenu, de par la place qu’il occupe au niveau continental et ses relations privilégiées et historiques avec l’ex-URSS, de jouer un rôle pivot. Dans son discours prononcé lors de ce sommet, le chef de l’Etat a estimé, à juste titre, que cette rencontre «constitue, concrètement, un point de départ vers une nouvelle étape qualitative.
Horizons

Sursaut patriotique

La semaine s’annonce cruciale. Dans la course à la magistrature suprême du pays, l’entrée en lice du premier candidat à la candidature, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique faisant peau neuve, Azzedine Mihoubi, a mis sur les rails la présidentielle, qualifiée par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, de «bouée de sauvetage». La compétition est donc solennellement ouverte. Elle sera certainement de plus en plus animée, au bout de ce week-end, par les autres candidats qui comptent dans le paysage politique en recomposition et représenté par les tendances qui se recrutent dans le camp démocratique, nationaliste et islamiste. A fondement pluraliste, la présidentielle du 12 décembre constitue une rupture fondamentale avec l’ancien régime défaillant et coupable de dérive autoritaire et prédatrice. Elle impose la fin de la fraude sévèrement combattue par l’Autorité nationale indépendante des élections qui met les bouchées doubles pour réussir sa mission à la hauteur de son engagement patriotique et des défis générés par une «nouvelle campagne de conspiration» menée par les partisans du statu quo aux mains sales et des forces étrangères prises en flagrant délit d’ingérence. Un avertissement a été adressé par le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah, qui a réaffirmé, dans son message à l’occasion de la Journée nationale de la presse, «l’engagement de l’Etat à faire face fermement à tout acte visant à perturber le processus électoral, à semer la confusion ou à provoquer des entraves partant d’intentions malveillantes et d’arrière-pensées, qui ne sauront tromper la vigilance et la maturité du peuple algérien». Présente en force dans les wilayas et les communes, l’Anie se déploie également à l’étranger pour permettre une large participation au scrutin. Un engouement en matière d’inscription sur les listes électorales a été ainsi relevé, selon Amel Daci, en charge de l’organisation du scrutin. Un dispositif a été installé dans les 5 régions (Asie, Europe, Afrique, Etats-Unis d’Amérique et Moyen-Orient) doté de 7 coordinateurs qui seront installés la semaine prochaine. 114 bureaux de vote dont 17 en France ont été ouverts. Toutes les conditions sont réunies pour le déroulement du scrutin qui appelle à un sursaut national et un engagement responsable des professionnels de l’information et des élites pour la construction de l’Algérie nouvelle.
 Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Ministère des Moudjahidine

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, présidera, le 19 janvier, à 9h30, au Musée national du moudjahid, une conférence à l’occasion du 65e anniversaire de la mort de Didouche Mourad, commandant de la Wilaya II.

Wilaya d’Alger
Dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de la commune, le wali d’Alger présidera  le 16 janvier , à 13h30, un hommage aux familles des élus APC décédés et le 18 janvier, des festivités auront lieu dans la circonscription de Dar El Beida.

Ministère de la Santé
Le ministère de la Santé, en collaboration avec la Direction générale de la Protection civile, organisera, le 20 janvier à 9h30, à l’Institut national de la santé publique, une conférence de presse sur les dangers du monoxyde de carbone.

 

 SEEAL

Dans le cadre du lancement d’une campagne d’information et de sensibilisation sur la qualité de l’eau produite et distribuée par la Seaal, une visite au profit de la presse sera organisée, le 20 janvier à 10h, au centre d’accueil téléphonique opérationnel de Bir Mourad Raïs, à la station de traitement d’eau potable de Hlaïmia et au laboratoire process de Boudouaou.

 

Salon national du recrutement

Le 14e Salon national du recrutement «Carrefour, emploi et formation» se tiendra, du 28 au 30 janvier, au Centre international des conférences Abdellatif-Rahal (Alger).

  

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 20 janvier, à 10h, la 432e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.



 HCI

Le Haut-Conseil islamique organisera, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le colloque international Mohamed El Arabi Ben Etebani intitulé «La connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

Université Oran 1

L’Université Oran 1 Ahmed-Ben-Bella organisera, à la fin du mois de janvier, des journées scientifiques dédiées à l’agriculture intelligente.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, à faire un don de son sang.

 

Fédération algérienne de vovinam
La Fédération algérienne de vovinam organisera le 18 janvier de 14h30 à 17h, à la salle Harcha-Hacène, le championnat national des seniors de la discipline.

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept