L'éditorial
Search
Mardi 25 Février 2020
Journal Electronique

Les chantiers du renouveau démocratique

L’investiture du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est incontestablement un rendez-vous de l’histoire avec la nouvelle Algérie revendiquée par le hirak, portée à bout de bras par l’Armée nationale populaire veillant à la protection des manifestants et assurant le devoir d’accompagnement intangible du processus électoral et, enfin, pleinement consacrée par le scrutin de la transparence et du libre choix des citoyens. C’est en présence des plus hautes autorités militaires et civiles, des représentants du corps diplomatique accrédités à Alger, des cadres supérieurs, de la classe politique et de la société civile que cet événement majeur cristallise la naissance de la nouvelle République à forte légitimité populaire et internationale que reflète l’afflux des messages de félicitations adressés par les chefs d’Etat et les souverains du monde entier, et le soutien grandissant des forces politiques et du monde associatif. Une partie non négligeable de l’opposition, prônant le boycott du scrutin du 12 décembre, n’a pas été insensible à la main tendue du Président du rassemblement national. Et, fait significatif, à la veille de la cérémonie d’investiture, le président français, Emmanuel Macron, qui avait auparavant «pris note» de l’élection du président Tebboune, n’a pas, cette fois-ci, dérogé à la règle d’usage pour le féliciter chaleureusement pour «la confiance que lui a accordé le peuple algérien». La présence du président tunisien Kaïs Saïed est un gage d’amitié et de fraternité que les deux pays ont toujours su fructifier. Dans une ambiance de convivialité et de sérénité, la nouvelle République avance à pas mesurés pour traduire en actes les engagements pris. «Je ne ferai aucune promesse que je ne saurais satisfaire», a affirmé le candidat Tebboune, proposant un programme en 54 points. Sous le label «Engagés pour le changement, capables de le réaliser», les chantiers structurent la quête d’une nouvelle ère qui pose les jalons de l’Algérie des compétences, de la démocratie participative et de la justice sociale. L’annonce prochaine du gouvernement, constitué de ministres de moins de 30 ans, est un indicateur de l’engagement du président Tebboune à favoriser l’intégration et la promotion des jeunes compétences au cœur de la nouvelle République, interpellée également par les défis de la gouvernance démocratique et de la défense du pouvoir d’achat de la classe ouvrière et de la classe moyenne.
 Horizons

Le temps du rassemblement national

La validation par le Conseil constitutionnel des résultats du scrutin du 12 décembre annonce la fin de la crise et l’émergence de la nouvelle République aux promesses démocratiques bien réelles. Il suffit, à cet effet, de relever l’absence de toute fraude, la participation appréciable des citoyens, malgré une conjoncture difficile et les tentatives d’empêchement du processus électoral. Le scrutin du retour à la normalité constitutionnelle s’appuie sur les acquis de l’Autorité nationale indépendante des élections et une compétition marquée par l’esprit d’éthique et de déontologie scrupuleusement respecté par les candidats et les médias. Aucun recours n’a été enregistré pour mieux exprimer une volonté de rupture radicale avec les anciennes pratiques de la contestation tous azimuts. La nouvelle ère est frappée du sceau de la légitimité du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, conforté par la reconnaissance massive de la communauté internationale remisant au placard de l’histoire les rengaines néocoloniales. L’Algérie de tous les Algériens est solidement ancrée dans le renouveau national incarné par le président de la République qui se prépare à accomplir la prestation de serment en présence de personnalités nationales et des représentants de pays étrangers. Elle se reconnaît dans la démarche rassembleuse soutenue par la classe politique, la société civile et les organisations nationales acquises à l’appel au dialogue lancé par le président de la République lors de la conférence de presse tenue après l’annonce des résultats électoraux. «Je m’adresse directement au hirak, que j’ai à maintes reprises qualifié de béni, pour lui tendre la main afin d’annoncer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et seulement de l’Algérie», a-t-il souligné. La nouvelle République, débarrassée des tares d’un régime prédateur, est aussi arrimée au processus de refondation de l’Etat nation à travers, notamment, la révision en profondeur de la Constitution et une implication plus grande des jeunes compétences dans la gestion des affaires de la cité.
Horizons

Le devoir de justice

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui prêtera serment avant le début de la semaine prochaine, après la proclamation des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel, a fait de la lutte contre la corruption un axe majeur de son programme en 54 points placé sous le thème évocateur «Engagés pour le changement, capables de le réaliser». Face à un fléau ravageur minant les fondements de l’Etat et sapant la cohésion nationale, l’engagement traduit la détermination du premier magistrat du pays à mettre fin à la dilapidation à grande échelle de deniers publics, poursuivre en justice la «bande qui a pillé l’argent public» et procéder à la récupération de l’argent volé. La démarche salvatrice a l’immense mérite de satisfaire aux exigences de la justice sociale, trahie par un régime oligarchique et prédateur. La nouvelle République, qui retrouve sa légitimité populaire et internationale, exprimée par le vote citoyen du 12 décembre, et la reconnaissance de chefs d’Etat et de souverains, veut renouer avec la confiance laminée par la crise politique et sociale sans précédent. «La loi relative à la corruption sera maintenue», a affirmé le président de la République, excluant d’emblée les personnes impliquées dans la dilapidation des ressources nationales de la grâce présidentielle. Erigée en priorité absolue, la poursuite de la lutte contre «la corruption et les corrompus», indépendamment du soutien nécessaire aux investisseurs nationaux honnêtes et intègres, victimes eux-mêmes des agissements de la bande des voleurs, s’accompagne de la volonté de mettre un terme à l’emprise de l’argent sale sur la politique et le fonctionnement harmonieux des institutions nationales. Le procès de l’affaire du montage automobile, qui a vu défiler des anciens Premiers ministres, des ministres, un wali, des cadres et des hommes d’affaires, est un exemple édifiant de cette alliance illégale et du financement occulte de la campagne pour le 5e mandat. Le devoir de justice a donc prévalu pour stopper la dérive infernale et remettre sur les bons rails la nouvelle République en adéquation avec les attentes citoyennes à une vie digne et décente.
 Horizons

Un sens politique aiguisé

Depuis leur intervention salutaire ayant mis fin à la mainmise maléfique de la «bande» sur la destinée du pays, en réponse à une revendication portée par l’ensemble du peuple algérien pour un changement radical de la gouvernance politique et la lutte contre les pratiques maffieuses d’une caste de dirigeants et d’oligarques gravitant autour d’elle, les plus hautes autorités militaires ont géré la situation de crise avec un sens politique aiguisé. Ayant subtilement analysé les dangers qui guettaient l’Algérie que certains courants poussaient à s’aventurer dans une période de transition dont personne ne pouvait garantir qu’elle pouvait s’en dépêtrer et encore moins lui tracer un chemin l’éloignant de l’impasse dans laquelle elle avait été précipitée, le commandement de l’ANP, fidèle à son engagement d’accompagner le peuple dans ses revendications et à les faire aboutir positivement, a clairement et fermement désigné la voie institutionnelle comme seule option salvatrice à même d’extraire le pays de la zone de feu. Neutralisant toutes les mines dont a été jalonné ce parcours, les hautes autorités militaires ont également déjoué toutes les manœuvres sournoises qui ont été inlassablement déployées pour creuser un fossé profond entre les masses populaires de leur allié objectif, l’institution militaire. Avec une main de fer dans un gant de velours, elle a conduit le processus électoral à son terme en dépit des vents contraires et des plans ourdis visant à déstabiliser la nation pour la plonger dans le tumulte inextricable des violences dont elle n’a que trop souffert dans un passé encore récent. Aujourd’hui, la crise institutionnelle est dépassée. Le haut commandement militaire peut se targuer d’avoir satisfait à sa mission d’accompagnement du mouvement du 22 février. L’Algérie a élu son Président, et c’est désormais à ce dernier de s’attacher à concrétiser, avec toute la conviction nécessaire, cette profonde aspiration des Algériens à vivre dans une démocratie ancrée dans une république 2.0 qui consacre les libertés fondamentales, l’équité sociale, l’indépendance de la justice, l’accès par le mérite à l’élite politique pour une gouvernance efficace.
Horizons

La nouvelle République en marche 

L’heure du changement radical a sonné pour permettre l’instauration d’une nouvelle République ouverte aux jeunes compétences. Celle-ci a émergé du scrutin de la transparence qui a permis le retour à la normalité constitutionnelle, conforté par la reconnaissance des quatre candidats de la victoire incontestable du Président élu. Au-delà des divergences, le déroulement normal du vote sans effusion de sang et sans fraude constitue une avancée notable marquée du sceau des acquis du hirak de la rupture avec le régime honni et de l’Autorité nationale indépendante des élections. «Une nouvelle page pour une nouvelle ère et un nouvel état d’esprit» est la profession de foi du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, déterminé à combattre l’exclusivisme, la marginalisation et l’esprit de vengeance. Lors d’une conférence de presse, le président Tebboune a lancé un appel au dialogue «avec quiconque veut éteindre le feu de la fitna et de la division», en tendant la main au hirak et en ayant «un sentiment spécial» pour la Kabylie qu’il est impatient de visiter. «Je m’adresse directement au hirak que j’ai à maintes reprises qualifié de béni pour lui tendre la main, afin d’amorcer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et de l’Algérie seulement.» Tous les grands chantiers invitent à une «intégration effective» de la jeunesse dans la vie économique et dans le gouvernement. La nouvelle République appelle nécessairement à la refonte de la Constitution qui sera soumise, en Algérie et à la communauté nationale établie à l’étranger, à un large débat impliquant les intellectuels, les spécialistes et les acteurs de la société civile. Une nouvelle loi électorale, bannissant les anciennes pratiques, est également prévue. Une place importante est accordée à la liberté de la presse que le Président entend défendre «jusqu’au bout», condamnant toutefois «rigoureusement» la diffamation et les insultes. Les fondements de la nouvelle République, respectueuse du rôle efficient des hommes d’affaires dévoués et honnêtes, imposent la poursuite de la lutte contre les auteurs de la dilapidation de deniers publics, le rejet de l’impunité pour les personnes impliquées dans les affaires de corruption et la récupération de l’argent placé frauduleusement à l’étranger. Elle revendique légitimement le statut du «pays pivot», attaché à promouvoir une ère de paix et de stabilité dans la région minée par l’ingérence étrangère aux conséquences désastreuses, notamment au Sahel et en Libye.
Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence-débat sur Larbi Tébessi

      Les participants à une conférence historique consacrée à cheikh chahid Larbi Tébessi, tenue lundi dernier à l’université de Tébessa, ont appelé à consacrer davantage d’études et de recherches à cette figure emblématique du réformisme et du nationalisme algérien contemporain. «L’association des oulémas algériens, dirigée par Larbi Tébessi à une époque cruciale de l’histoire nationale, a contribué à la formation de la génération des moudjahidine artisane de la Révolution de Novembre,

Sciences et Technologies

    • Olympiades de l’innovation :: L’Algérienne Sylia Khecheni remporte le Grand Prix

      L’Algérienne Sylia Khecheni a remporté le Grand Prix des Olympiades de l’innovation au Moyen-Orient ainsi que la médaille d’or avec les compliments du jury de cet évènement scientifique qui s’est tenu au Koweït. Pour célébrer cette distinction, une cérémonie a été organisée, ce dimanche( 23-02-2020) , en son honneur au siège du ministère de la Poste et des Télécommunications, en présence des ministres de la Poste et des Télécommunications, et de la Jeunesse et des Sports, respectivement Brahim Boumzar et Sid-Ali Khaldi.

L'agenda

Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine et des ayants droit, Tayeb Zitouni, effectuera, le 27 février, une visite de travail dans la wilaya d’Ouargla pour présider la cérémonie de commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 27 février 1962 à Ouargla.

Ministère de l’Habitat
Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, préside,  le 25 février à 8h, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun (Alger), une réunion avec les cadres de son secteur.

Rencontre de l’industrie pharmaceutique

La 2e édition de la rencontre algéro-française de l’industrie pharmaceutique, de l’équipement et des dispositifs médicaux se tiendra les 25 et et 26 février à l’hôtel Sheraton, Alger.

Salon de la logistique
Le 4e Symposium international sur la trans-logistique, le transit et l’entreposage des marchandises se tiendra, le 29 février à Alger, sous le thème «La logistique à l’ère du digital».

Ministère de la Formation professionnelle
La ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mme Hoyam Benfriha, effectue, le  25 février , à 8h, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sétif.

Salon international du textile
La Sarl CGCOM Event organisera, du 25 au 27 février au Centre international des conférences d’Alger, le 4e Salon international du textile, habillement, cuir et équipements, Texstyle-Expo.

Forum algéro-britannique
Le Forum d’affaires algéro-britannique aura lieu le 25 février  à 9h30, à l’hôtel Aurassi, Alger.

Wilaya d’Alger
Le wali d’Alger effectue,  le 25 février , une visite de travail et d’inspection dans la circonscription administrative de Rouiba.

Opéra d’Alger
Sous le patronage du ministère de la Culture et dans le cadre de son programme d’activités culturelles, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh présente, ce le 24 février à 21h, un concert intitulé «Tourath z’men», animé par Lamia Maâdini.

Salon international du textile
La sarl Cgcom Event organise, du 25 au 27 février, au CIC d’Alger, le 4e Salon international du textile, habillement, cuir et équipements
Texstyle-Expo.

CIPA
Le président de la Confédération des industriels et producteurs algériens, Abdelwahab Ziani, préside, le 25 février, à 10h, au siège de l’organisation, une réunion de la Fédération de l’agroalimentaire consacrée à la filière lait.

Forum d’Echâab
Le Forum d’Echaâb, en collaboration avec l’Association des moniteurs professionnels d’auto-école, organise, le 26 février à 11h, une conférence-débat sous le thème «Quelles solutions pour la sécurité routière pour arrêter les accidents».

FAPH
La Fédération algérienne des personnes handicapées organise,  le 25 février de 9h à 13h, à l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’El Harrach, Alger, une rencontre sur l’accessibilité de l’environnement aux personnes handicapées.

 

MDN
La 1re Région militaire organise, du 24 au 26 février, au niveau du centre de regroupement et de la préparation des équipes sportives militaire à Ben Aknoun, le championnat national militaire de judo.

HCI
Le Haut-Conseil islamique organise, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou Arréridj, le colloque international Mohamed-El-Arabi-Ben-Etebani intitulé «La Connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

 

Expo art plastique 
L’Office Riadh El-Feth organise, jusqu’au 29 février, au centre des arts, une exposition d’arts plastiques, d’Amel Kamila Hamidou et Samira Merabet.
Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire don de sang.

 

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept