L'éditorial
Search
Mercredi 08 Juillet 2020
Journal Electronique

Les faussaires de la liberté d’expression

Le combat contre les forces de l’ombre, peuplant le monde de la communication et de l’information, est vital pour déloger les faussaires de la liberté d’expression. Sous le couvert des valeurs démocratiques et humanitaires, la campagne de déstabilisation permanente est lancée contre l’Etat national débarrassé de la barbarie coloniale et victorieux de l’épreuve terroriste révélatrice de la manipulation des tenants de l’ingérence ouvertement proclamée et érigée en ligne de conduite stratégique. Il faut le dire de la façon la plus claire pour jeter la lumière, toute la lumière, sur le néocolonialisme à visage démocratique représentatif d’une élite politique et médiatique maladivement nostalgique de l’Eden perdu. Le cas symptomatique de Reporters sans frontières du non moins personnage caverneux, fils et petit-fils de colons officiant désormais en maire de l’extrême droite dans la commune de Béziers, illustre non seulement la haine des revanchards historiques, mais également le degré de collusion des responsables d’une certaine presse dite indépendante tenue en laisse par les visas de la conjuration. Faut-il rappeler l’épisode honteux du tapis rouge déployé à ce triste sire par les patrons de 5 journaux privés, au moment fort du combat républicain contre le terrorisme voué aux gémonies par RSF et compagnie ? Il n’est donc pas étonnant que cet instrument d’influence français, au service d’officines occultes et de la promotion du projet chaotique du fameux «printemps arabe», s’invente une nouvelle mission sous le label de la défense du «journalisme indépendant» pour couvrir les forfaits de son correspondant local arrêté pour des raisons autres que professionnelles. Il est temps de libérer la communication des pressions tutélaires de certaines chancelleries opérant à bourse déliée. L’assainissement est de rigueur. «Les financements étrangers de la presse nationale sont strictement interdits quelle que soient leur nature et leur provenance», a martelé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, rappelant la nécessité de justifier les fonds investis et le caractère exclusivement national du capital social.
Le dossier est sur la table. Tout aussi important et décisif est le combat contre l’«épidémie des fausses nouvelles», interface du monde interlope des fake news. Une législation «sans zone d’ombre, criminalisant la diffusion et la propagation des fausses nouvelles».
Horizons

Les urgences de la nouvelle République

L’équation est délicate. Dans cette conjoncture impactée par la crise sanitaire et économique, l’Algérie s’emploie avec le maximum de chances de réussite de concilier les impératifs sanitaires avec les exigences de la relance économique. Dans une démarche pragmatique, adaptée aux réalités nationales, la stratégie d’endiguement a permis une décrue perceptible dans l’allégement du confinement. Il est donc hors de question de remettre en cause les progrès enregistrés, grâce aux sacrifices du corps médical et à l’élan de solidarité nationale, a affirmé le président de la République lors de la rencontre avec des médias nationaux, plaçant la vie des citoyens au-dessus de toute considération. Il a menacé les récalcitrants de procéder à la fermeture des commerces récemment autorisés à rouvrir, en réitérant l’engagement de soutenir les commerçants, les industriels, les artisans et les journaliers impactés par la crise. La vie continue pour les milliers de lycéens et d’écoliers rassurés sur le maintien du bac et débarrassés du spectre de l’année blanche. Bien que freinée dans son envol, la nouvelle République s’engage à relancer au plus vite les chantiers des réformes politiques et de la croissance. Considéré comme un pilier de la refonte de l’Etat, le projet de révision constitutionnelle sera remis à la classe politique, aux médias et à la société civile, dès la semaine prochaine, pour «éviter de perdre du temps». En même temps, a indiqué le président de la République, la révision de la loi électorale connaît un état d’avancement appréciable. Dans cette dynamique de changement, le rôle fondamental de la société civile, reconnue comme un acteur d’utilité publique et soutenue financièrement par l’Etat, et la défense de la liberté d’expression dans le respect de la loi et des principes universels de déontologie sont des exigences de la nouvelle République attachée aux vertus du dialogue national matérialisé par la participation, pour la première fois, des responsables de la presse privée à la rencontre avec le chef de l’Etat. Il n’y a donc pas lieu de perdre inutilement du temps pour assurer le redémarrage de la machine économique. L’Algérie a les moyens humains, matériels et financiers pour renouer, dans 2 ans, avec un taux élevé de croissance, soutient le Président, sans recourir ni à l’endettement extérieur ni au financement non conventionnel. Les énormes potentialités minières non exploitées et les promesses de l’agriculture notamment saharienne autorisent tous les espoirs.
Horizons

Les vertus du travail et de la créativité

Il faudra bien se retrousser les manches pour faire face au cercle vicieux de la situation de rente et de l’illusion de richesse que l’euphorie de la manne pétrolière a longtemps et faussement entretenue et que le séisme de la pandémie a réduit à néant. Les enseignements du Covid-19 attestent clairement de l’urgence déclarée d’une économie diversifiée, fondée sur le savoir et le travail, pour sortir de la vulnérabilité aux conséquences lourdes sur le destin collectif. Tel est la quintessence du message adressé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à l’occasion de la Journée internationale du travail, en rendant hommage aux sacrifices des «martyrs du devoir», symbolisé par le combat patriotique du défunt Abdelhak Benhamouda, et aux efforts des travailleurs dans le processus d’édification nationale. «Notre pays est appelé aujourd’hui à rendre au travail ses lettres de noblesse», a affirmé le président de la République. Soucieux de favoriser un climat de concertation pour régler tous les contentieux, de préserver les acquis sociaux et d’accorder un intérêt particulier aux conditions de vie de la classe moyenne et des couches vulnérables de la société. Des mesures ont été prises à cet effet pour la régularisation du dossier épineux des contractuels en pré-emploi, la sauvegarde des postes de travail impactés par la crise sanitaire et la protection des petits revenus débarrassés du fardeau de l’impôt sur le revenu global (IRG). Dans la quête de l’équilibre entre les exigences sanitaires et la relance économique, le sursaut patriotique, révélé par le combat solidaire contre la pandémie, est un motif de satisfaction et de fierté. Il est, hier comme aujourd’hui, le socle du renouveau puissamment porté par les travailleurs de tous les secteurs d’activité en ordre de bataille, l’élite intellectuelle et scientifique, plus créative que jamais, et une jeunesse aux capacités d’innovation remarquables. Ce formidable potentiel est l’atout majeur de l’Algérie de demain du compter sur soi et de l’exploitation de toutes les ressources nationales pour tracer «la voie du savoir, du travail» et s’imposer sur la scène internationale en recomposition. L’opportunité est offerte à la génération des bâtisseurs de relever le défi du développement socio-économique.
Horizons

Le rôle pionnier de l’Université

La mue scientifique et technologique ne saurait tarder davantage. Face aux défis du nouveau monde en gestation, l’Université doit se hisser au rang qui est le sien et à la hauteur des standards internationaux pour s’imposer bien au-delà de la diffusion du savoir et de la connaissance, en partenaire incontournable dans la bataille de la croissance. Elle en a les moyens humains, les compétences et les capacités d’innovation. A l’épreuve de la pandémie, elle a su se mettre au diapason des attentes en matière de production des équipements et des moyens de protection indispensables. Ce nouveau modèle de partenariat, associant notamment le groupe Elect El Djazaïr, l’Université de Sidi Bel-Abbès et les centres de recherche pour la production des cabines de désinfection, est certainement la voie de la croissance la plus sûre. Il est au centre de l’intérêt accordé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, appelant au développement et à la valorisation des produits de la recherche en recourant à la conclusion de contrats entre l’Université, les centres de recherche et les entreprises. «L’Université doit jouer un rôle pionnier», a indiqué le président de la République dans son discours d’investiture. La mutation est possible. Elle prend forme dans la mise en place du Centre national de recherche scientifique et des technologies (CNRST), présidé par le professeur Abadlia. Il est considéré comme un «acteur essentiel pour tracer la politique nationale de développement de la recherche scientifique», a déclaré le Premier ministre. Il s’agit assurément d’un «jalon supplémentaire dans l’édification d’un système de recherche scientifique», a affirmé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems-Eddine Chitour, et d’un «apport qualitatif» destiné à «construire des ponts» pour une meilleure concertation et une communication efficiente entre tous les acteurs du monde universitaire et de la sphère de production. Le CNRST est cette courroie de transmission incontournable pour faire de l’Université la locomotive de la croissance. Face aux exigences du nouveau monde, l’ère d’un «véritable nationalisme économique et scientifique», clairement traduit par la guerre des laboratoires et de l’industrie pharmaceutique, est une nécessité impérieuse.
Horizons

Patience et davantage de vigilance

La pandémie n’est pas totalement vaincue. Elle continue de sévir, à des degrés divers, dans le monde entier engagé dans une lutte sans merci contre un fléau ravageur aux conséquences économiques, sociales et géostratégiques incalculables. Il y a encore à faire et, selon nombre de spécialistes épidémiologiques, pour une longue période, pour se défaire définitivement de l’étau sanitaire. Le moment n’est pas au relâchement, susceptible de provoquer un rebond tant redouté notamment en Europe qui a payé le prix de la désinvolture et de l’indifférence. Forte d’une expérience qui a prouvé son efficience, l’Algérie privilégie la prudence pour capitaliser les énormes progrès enregistrés. La prolongation de 15 jours du confinement, à partir de demain, contribue à la consolidation de la stabilité sanitaire qu’il s’agit d’adapter à l’évolution de la situation épidémiologique. «Conscients des enjeux et des défis sanitaires, économiques et sociaux», le gouvernement appelle à plus de vigilance et de conscience dans la poursuite du combat individuel et collectif de la pandémie globalement maîtrisée. Davantage de vigilance et de rigueur veut simplement dire un respect absolu des mesures barrières et de distanciation sociale. Cela veut dire aussi et surtout la condamnation des comportements irresponsables de certains de nos compatriotes défiant les normes élémentaires de la sécurité sanitaire et mettant en danger leur vie et la vie d’autrui. Il est pour le moins inconcevable que le retour graduel à la vie normale, concrètement traduit par l’allégement du confinement et la relance des activités commerciales et économiques, soit compromis après tant de sacrifices et d’efforts de l’Algérie solidaire et unie, engagée précocement dans un combat décisif. «Cette stratégie nationale aura permis de ne pas connaître la pression qu’ont eu à subir d’autres systèmes de santé, et l’analyse post-épidémie pourra, je l’espère, dire le pourquoi de cette physionomie différente de l’épidémie», a souligné le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid. Patience, le bout du tunnel n’est pas loin.
Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère des Ressources en eau
Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki effectuera, le 07 juillet , une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de M’sila.

Ministère de la Santé  
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benouzid, accompagné d’une délégation ministérielle, effectuera,  le 07 juillet , une visite de travail dans la wilaya de Laghouat.

Vital Care
La société de production distribution et logistique Vital Care organise  le 07 juillet à partir de 9h au niveau de l’Hôtel Lamaraz Kouba Alger une rencontre scientifique.

 

Talaie El Houryette
Abdelkader Saâdi, président par intérim de Talaie El Houryette animera, mardi prochain( 07 juillet ) , à 11h au siège du parti (Hydra, Alger), une conférence de presse portant sur le projet de révision de la Constitution.

 

Exposition  virtuelle
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Culture
La direction de la culture de la  wilaya de Tizi Ouzou annonce le report à des dates ultérieures du Festival culturel national annuel du film amazigh — fcnafa — et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight, le dépôt des candidatures à ces deux manifestations à été donc prolongé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept