L'éditorial
Search
Mardi 25 Février 2020
Journal Electronique

Justice et liberté

L’Algérie du combat de la liberté, de la fierté et de la dignité commémore la Journée nationale du chahid au moment où le hirak se prépare à fêter l’an I de son déclenchement. Une simple coïncidence ? Par-delà un calendrier décidément à forte charge symbolique, le socle novembrien immuable atteste de la profondeur d’un héritage légué par la génération des libérateurs à celle de la nouvelle Algérie attachée aux valeurs de liberté, d’unité et de préservation de la souveraineté nationale arrachée au prix de lourds et douloureux sacrifices. En vertu civilisationnelle, reconnu dans le monde entier pour son caractère pacifique et son fondement unitaire, le sursaut historique s’inscrit dans la trajectoire de la valeureuse et grande Révolution trahie par une bande sans foi ni loi, en violation des idéaux de justice sociale, de progrès et de prospérité pour lesquels les martyrs de l’Algérie en armes ont donné leur vie. Le cri de cœur du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, jugeant «inacceptables» les scènes apocalyptiques de l’Algérie du dénuement total immortalisées dans un documentaire présenté lors de la rencontre gouvernement-walis, traduit l’urgence du changement du système de gouvernance qui place le citoyen au cœur de la nouvelle République, en symbiose avec les revendications légitimes du hirak «béni» et appelé à un dialogue fécond au «service de l’Algérie et seulement de l’Algérie». Plus que jamais, le devoir de mémoire trace la voie à la consolidation de l’Etat nation, débarrassé des dérives d’un régime oligarchique et corrompu et forgé à l’aune des compétences techniques, scientifiques et des technologies de pointe à la hauteur des défis du monde de la performance et de la concurrence. L’Algérie des chouhada l’exige aux générations nouvelles, imprégnées de la soif de liberté et du patriotisme de leurs aînés et appelées à défendre les acquis de l’Algérie de la fierté, de la dignité et de la justice sociale. Afin que nul n’oublie, le président de la République a promis, à l’occasion de la Journée nationale du chahid, de rapatrier les restes des résistants se trouvant en France.
 Horizons

Un acquis majeur pour le citoyen

L’un des acquis majeurs de la rencontre gouvernement-walis, qui s’est achevée hier, est sans nul doute la réhabilitation du citoyen dans son rôle d’acteur dans l’équation du développement local. Abusivement galvaudée et réduite à un simple slogan creux durant les deux dernières décennies, la démocratie participative reprend a priori la plénitude de ses droits dans l’Algérie nouvelle qui se profile déjà. Le nouveau modèle de gestion des collectivités locales ne peut prendre corps sans l’implication directe de la société civile et, partant, du citoyen propulsé dorénavant au cœur de la dynamique du développement. Certes, le défi est colossal, mais les objectifs escomptés valent bien tous les efforts requis. Ainsi, juguler les disparités entre les régions et réduire les fractures sociales, qui sont entre autres les chantiers prioritaires auxquels s’attellent actuellement les pouvoirs publics, supposent obligatoirement l’implication des autorités à tous les échelons et à plus forte raison au niveau local. La nouvelle feuille de route du gouvernement, à ce titre, exige des autorités locales d’user d’une nouvelle approche de gestion, privilégiant l’initiative, la franchise du discours et une proximité avec le citoyen. Une stratégie assurément salutaire, dès lors que la primauté est désormais à la proposition citoyenne. En attendant l’adoption du nouveau modèle de développement, tel qu’annoncé par le Premier ministre, et la concrétisation des réformes de l’administration pour que la bureaucratie ne soit plus un frein au développement, l’Etat a débloqué 100 milliards de dinars dans le cadre du plan de développement d’urgence qui s’ajoutent aux 80 milliards déjà injectés. En somme, c’est le premier test grandeur nature pour la démocratie participative qui exige une nouvelle relation entre les autorités locales et les citoyens, condamnés pour ainsi dire à travailler ensemble pour le bien de tous. Le temps où des associations sont financées à profusion pour servir de faire-valoir durant les rendez-vous électoraux est révolu. Les walis, instruits par le président de la République d’entreprendre toutes les démarches nécessaires pour améliorer le quotidien et l’environnement du citoyen, n’ont d’autre initiative que de renforcer leurs liens avec la société civile pour mieux servir le citoyen.

 Horizons

La gouvernance locale au service du citoyen 

Le temps du gaspillage et du train de vie des responsables avides de privilèges est fini. Sous le signe évocateur «Pour une Algérie nouvelle», la rencontre gouvernement-walis décrète le changement radical revendiqué par le mouvement citoyen qui s’apprête à fêter le premier anniversaire de son déclenchement et tourner la page de l’incurie et de la corruption porteuse de graves dérives et d’un risque d’effondrement de l’Etat-nation. «Nous sommes réunis aujourd’hui, en cette conjoncture particulière où vous êtes tenus en tant que responsables locaux à opérer un changement au niveau local, à rompre définitivement avec les anciennes pratiques en vous rapprochant des citoyens, afin de briser le cloisonnement créé par le passé entre le citoyen et l’Etat pour rétablir la confiance perdue», a affirmé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dans un discours prononcé en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, des membres du gouvernement, des présidents du Conseil constitutionnel, du Conseil de la nation et de l’Assemblée populaire nationale et du général-major Saïd Chanegriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire par intérim. Le constat accablant montre toute l’étendue du gaspillage des dépenses publiques et l’absence de contrôle qui portent un sérieux coup à la dynamique de développement local. «Les dépenses publiques doivent être affectées au règlement des problèmes de développement et non pas gaspillées et utilisées pour la réfection des trottoirs tous les six mois», a indiqué le président de la République, dénonçant les visites ostentatoires et les cortèges ministériels interminables. Au cœur de la nouvelle gouvernance locale dont la rencontre est précisément une opportunité regroupant «l’autorité d’interface» et «l’autorité de planification», la qualité de vie des citoyens est au centre d’une nouvelle vision qui combat la marginalisation, l’exclusion et les inégalités. «Il est temps de concrétiser les engagements pris lors de la campagne électorale, sans aucune exclusion ou marginalisation, ni intention de vengeance», a souligné le président de la République, déterminé à œuvrer avec «toutes les parties pour tourner la page du passé». De nouveau, la main tendue au hirak pour un dialogue sérieux «au service de l’Algérie et seulement l’Algérie» est un gage de bonne volonté pour construire ensemble la nouvelle République de tous les Algériens.
 Horizons

Tous ensemble pour l’Algérie de demain 

Face au lourd passif hérité de l’ère de la «destruction systématique» des fondements institutionnels et unitaires de l’Etat dépourvu de toutes ses ressources par une bande d’oligarques véreux et criminels, le gouvernement du «changement de gouvernance» sera à l’épreuve du Conseil de la nation pour convaincre et conforter le processus de renaissance nationale. L’œuvre est colossale. Et, conséquemment, dans la trajectoire du «sursaut historique» du 22 février, le devoir de mobilisation interpelle impérativement les élus du peuple, notamment ceux qui ont fait le choix du débat démocratique, loin du ronronnement habituel de la décennie de la cooptation et des pratiques condamnables d’une minorité acquise à la stratégie d’obstruction. L’esprit de responsabilité qui a prévalu à l’Assemblée populaire nationale (APN), adoptant à l’unanimité le plan d’action du gouvernement malgré quelques réticences sur les modalités de financement, scelle l’urgence d’un engagement patriotique qui transcende les ambitions politiciennes à courte vue. Point de fausses promesses ni de faux-fuyant, a martelé à l’APN le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, plutôt rassurant sur les chances de réussite du nouveau pacte présenté aux élus des deux Chambres. Et, précisément, c’est ce devoir de «vérité» et de «sincérité» qui caractérise la quête d’un «changement de gouvernance» pour concrétiser les engagements du président de la République, Abdelaziz Tebboune, comme l’a relevé dans son intervention le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil. Le plan d’action, nourri à l’aune des réalités nationales et des attentes citoyennes, vise la refondation de l’Etat, la réforme fiscale et financière, la relance économique et le développement humain. Cette œuvre de longue haleine nécessite une mobilisation de toutes les ressources matérielles, financières et humaines pour construire ensemble ce que le processus de «destruction systématique» de l’économie et des fondements de l’Etat a provoqué. L’Algérie de demain, celle de tous les Algériens à l’intérieur comme à l’étranger, est assurément l’affaire de tous.
Horizons

Reconstruire l’Etat

«Le plan d’action n’est pas un plan de développement, mais plutôt une vision globale de notre pays et un pacte pour une Algérie nouvelle.» En une phrase, le Premier ministre a clairement signifié qu’il ne fallait pas attendre de miracles sur le court terme du travail de son équipe, qui ne devrait pas être jugé uniquement sur les critères économiques quantitatifs habituels. L’Algérie, en effet, subitement dévoilée par le hirak, s’est réveillée avec un passif hallucinant qui avait mis en danger les fondements mêmes de l’Etat nation. La priorité pour le gouvernement d’Abdelaziz Djerad sera donc de remettre le pays sur une autre orbite que celle dans laquelle elle a périlleusement gravité jusque-là. Reconstruire l’Etat, redonner du sens à son fonctionnement, rétablir le lien de confiance avec le citoyen, rassurer ses partenaires quant au sérieux de ses ambitions autant que se faire respecter d’eux, etc. Pour cela, l’action gouvernementale se doit nécessairement d’aborder l’avenir avec une approche qui évite les infructueux «schémas du passé», auquel cas l’Algérie ne pourrait que davantage s’enfoncer dans le bourbier où elle a été antérieurement poussée. Cette rupture ne se produira pas du jour au lendemain, mais comme l’avait dit un fameux philosophe chinois, le voyage de mille lieux commence toujours par un premier pas. Ce louable objectif de construire une Algérie nouvelle ne délie cependant pas l’équipe gouvernementale des questions plus terre à terre de la satisfaction des légitimes et toutes aussi pressantes revendications populaires. Djerad ne les esquive pas, au demeurant, lui qui s’est engagé de répondre aux besoins pressants en matière surtout d’emploi, notamment l’intégration des jeunes basée sur une approche purement économique, et de santé à travers la disponibilité du médicament et la facilitation de l’accès aux soins par une couverture sanitaire totale, équitable et de qualité. L’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique tiennent aussi bonne place dans l’agenda gouvernemental afin de les propulser dans une dynamique qualitative. L’action du Premier ministre et de son équipe sera certainement confrontée au handicap de la contrainte financière et des résistances politiques. Le citoyen fera-t-il pour autant preuve de mansuétude ? S’il faut rester raisonnable, pour paraphraser un fameux slogan, rien n’empêche d’exiger l’impossible.
 Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence-débat sur Larbi Tébessi

      Les participants à une conférence historique consacrée à cheikh chahid Larbi Tébessi, tenue lundi dernier à l’université de Tébessa, ont appelé à consacrer davantage d’études et de recherches à cette figure emblématique du réformisme et du nationalisme algérien contemporain. «L’association des oulémas algériens, dirigée par Larbi Tébessi à une époque cruciale de l’histoire nationale, a contribué à la formation de la génération des moudjahidine artisane de la Révolution de Novembre,

Sciences et Technologies

    • Olympiades de l’innovation :: L’Algérienne Sylia Khecheni remporte le Grand Prix

      L’Algérienne Sylia Khecheni a remporté le Grand Prix des Olympiades de l’innovation au Moyen-Orient ainsi que la médaille d’or avec les compliments du jury de cet évènement scientifique qui s’est tenu au Koweït. Pour célébrer cette distinction, une cérémonie a été organisée, ce dimanche( 23-02-2020) , en son honneur au siège du ministère de la Poste et des Télécommunications, en présence des ministres de la Poste et des Télécommunications, et de la Jeunesse et des Sports, respectivement Brahim Boumzar et Sid-Ali Khaldi.

L'agenda

Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine et des ayants droit, Tayeb Zitouni, effectuera, le 27 février, une visite de travail dans la wilaya d’Ouargla pour présider la cérémonie de commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 27 février 1962 à Ouargla.

Ministère de l’Habitat
Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, préside,  le 25 février à 8h, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun (Alger), une réunion avec les cadres de son secteur.

Rencontre de l’industrie pharmaceutique

La 2e édition de la rencontre algéro-française de l’industrie pharmaceutique, de l’équipement et des dispositifs médicaux se tiendra les 25 et et 26 février à l’hôtel Sheraton, Alger.

Salon de la logistique
Le 4e Symposium international sur la trans-logistique, le transit et l’entreposage des marchandises se tiendra, le 29 février à Alger, sous le thème «La logistique à l’ère du digital».

Ministère de la Formation professionnelle
La ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mme Hoyam Benfriha, effectue, le  25 février , à 8h, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sétif.

Salon international du textile
La Sarl CGCOM Event organisera, du 25 au 27 février au Centre international des conférences d’Alger, le 4e Salon international du textile, habillement, cuir et équipements, Texstyle-Expo.

Forum algéro-britannique
Le Forum d’affaires algéro-britannique aura lieu le 25 février  à 9h30, à l’hôtel Aurassi, Alger.

Wilaya d’Alger
Le wali d’Alger effectue,  le 25 février , une visite de travail et d’inspection dans la circonscription administrative de Rouiba.

Opéra d’Alger
Sous le patronage du ministère de la Culture et dans le cadre de son programme d’activités culturelles, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh présente, ce le 24 février à 21h, un concert intitulé «Tourath z’men», animé par Lamia Maâdini.

Salon international du textile
La sarl Cgcom Event organise, du 25 au 27 février, au CIC d’Alger, le 4e Salon international du textile, habillement, cuir et équipements
Texstyle-Expo.

CIPA
Le président de la Confédération des industriels et producteurs algériens, Abdelwahab Ziani, préside, le 25 février, à 10h, au siège de l’organisation, une réunion de la Fédération de l’agroalimentaire consacrée à la filière lait.

Forum d’Echâab
Le Forum d’Echaâb, en collaboration avec l’Association des moniteurs professionnels d’auto-école, organise, le 26 février à 11h, une conférence-débat sous le thème «Quelles solutions pour la sécurité routière pour arrêter les accidents».

FAPH
La Fédération algérienne des personnes handicapées organise,  le 25 février de 9h à 13h, à l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’El Harrach, Alger, une rencontre sur l’accessibilité de l’environnement aux personnes handicapées.

 

MDN
La 1re Région militaire organise, du 24 au 26 février, au niveau du centre de regroupement et de la préparation des équipes sportives militaire à Ben Aknoun, le championnat national militaire de judo.

HCI
Le Haut-Conseil islamique organise, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou Arréridj, le colloque international Mohamed-El-Arabi-Ben-Etebani intitulé «La Connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

 

Expo art plastique 
L’Office Riadh El-Feth organise, jusqu’au 29 février, au centre des arts, une exposition d’arts plastiques, d’Amel Kamila Hamidou et Samira Merabet.
Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire don de sang.

 

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept