bannière vote
L'éditorial
Search
Vendredi 06 Décembre 2019
Journal Electronique

Un scrutin libre et à chances égales 

Il faudra bien que, sous l’étendard de la nouvelle Algérie, démocratie se fasse. Toutes les conditions sécuritaires, matérielles et organisationnelles sont réunies pour amorcer la sortie du tunnel et sceller irrémédiablement la réconciliation avec une jeunesse avide de changement profond et éprise des idéaux novembriens, trahis par une bande criminelle, privilégiant l’enrichissement indu au bien-être collectif, ses suppôts surfant sur le hirak instrumentalisé pour des considérations politiciennes et les apôtres du «devoir d’ingérence», dénoncée ces derniers vendredis au grand jour. Malgré toutes les tentatives des «parties étrangères» et des résidus de la bande démantelée, l’Algérie du renouveau démocratique s’en sort grandie de cette nouvelle épreuve historique. Le chemin le plus sûr et le plus viable reste l’expression libre de la volonté populaire, confisquée par les infiltrés de la dernière heure, par le biais d’un scrutin régulier et transparent qui consacre la rupture avec le clientélisme et la logique arithmétique des quotas octroyés à une classe politique infantilisée et gravement disqualifiée. Toutes les garanties d’une consultation impartiale placée sous l’Autorité nationale indépendante des élections, confortée par le transfert des prérogatives de l’Administration, existent pour faire du 12 décembre une fête démocratique. Présente à travers les coordinateurs régionaux et les représentants communaux, l’Anie se renforce pour permettre aux citoyens de «choisir leur Président en toute souveraineté» et de «participer à l’édification de l’Algérie de demain» avec le sens des responsabilités connu et reconnu. En raison de l’«engouement remarquable» des jeunes, observé le jour de la clôture du délai de révision des listes électorales, une nouvelle étape a été lancée et prendra fin le 17 octobre, conformément à la loi organique relative au régime électoral modifiée et complétée. Cette décision intervient en réponse, indique l’Anie, à une revendication insistante exprimée par les jeunes citoyens à l’effet de s’inscrire sur les listes électorales et exercer leur droit constitutionnel. En perspective de ce rendez-vous historique qui connaît également la participation considérable de 140 candidats à la candidature, perçue par le ministre de le porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi, comme une «marque de confiance en ce scrutin», une révolution médiatique se met en mouvement pour enraciner l’esprit d’équité, le professionnalisme et le sens de l’éthique. Désormais, il appartient à l’Anie de définir la mission du ministère de la Communication, a précisé le ministre et la répartition des créneaux de passage des candidats dans les médias publics et privés, en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel. Une compétition ouverte et à chances égales.
Horizons

Assurances

Revendication sociale première des citoyens, la question du logement est un casse-tête chinois qui s’est posé à tous les gouvernements depuis l’Indépendance. L’Exécutif actuel ne fait pas exception à la règle, même si ses prédécesseurs ont chanté en leur temps que la crise qui empoisonnait la vie des Algériens vivait ses derniers jours. Trop tôt malheureusement pour crier victoire. Il est toutefois un point positif, l’engagement des pouvoirs publics reste entier pour sinon solutionner du moins sensiblement atténuer son ampleur. Ainsi, en dépit des contraintes financières qui limitent son action et d’un avenir incertain, déjà borné par la prochaine élection présidentielle, le gouvernement Bedoui tente d’honorer la promesse faite à des milliers de citoyens d’un accès à un logement décent. La crise financière a, en effet, laissé sur le carreau des centaines de programmes de construction de logements, de toutes formules, à travers l’ensemble du pays, jetant un sérieux trouble quant à leur concrétisation. Face à ces légitimes inquiétudes, le Premier ministre a rassuré, jeudi dernier, lors d’une réunion interministérielle, en assurant que son gouvernement veillait à mobiliser les ressources financières nécessaires au parachèvement de la réalisation de ces programmes et dégager les assiettes foncières requises. Si cette mesure est susceptible de mettre du baume au cœur de milliers de demandeurs impatients de gagner leurs nouveaux appartements, il demeure que la problématique de la production de logements et d’une organisation efficace du marché de l’immobilier reste entière et qu’elle nécessite un traitement qui sorte des sentiers battus que les différents Exécutifs ont jusque-là arpentés sans succès. Le Premier ministre semble s’être fait une idée de la démarche à suivre, en exposant ses premiers jalons, à savoir la création d’un marché immobilier et la libéralisation de la promotion immobilière, l’Etat se réservant le volet de l’encadrement et de la régulation. Cette nouvelle orientation semble aussi prendre en compte le fait que la production de logements n’est pas sécable du climat économique dans lequel évoluent les entreprises de réalisation, tout comme elle doit être repensée dans le cadre général de la production de l’urbain et des concepts innovants qui la guident aujourd’hui, même si l’on s’en tient encore aux éléments basiques.
Horizons

Front uni face à l’épreuve de la déstabilisation

La main étrangère n’est plus une lubie. Elle est désormais une réalité intangible confirmée par l’aveu de la députée française Mathilde Panot, prise en flagrant délit d’ingérence dénoncée par le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum. Ce ne sont ni les supputations extravagantes ni les postures totalement mensongères qui changeront d’un iota la grave «atteinte à la souveraineté nationale» et l’absence de toute éthique politique de la militante d’extrême gauche venue en touriste pour arpenter l’espace inviolable des affaires strictement algériennes. Pourtant, elle a tant à faire dans son propre pays gangrené par la violence, la répression et les interpellations massives que l’Algérie du hirak pacifique, de l’union sacrée et de la fraternisation jamais démentie entre le peuple et son armée administre chaque vendredi aux professionnels de l’agit-prop d’ici et d’ailleurs. Il s’agit de la preuve irréfutable de l’existence de «cercles malveillants» qui s’appuient sur des complicités internes pour mettre en œuvre leur projet de déstabilisation. «Ce sont des parties obscures qui ont aidé la députée à entrer sur le territoire national», a révélé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement. Sur les traces de la présidente belge de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen, en totale opposition avec l’institution, les adeptes du «devoir d’ingérence», nourris à la mamelle du néocolonialisme et de la nostalgie de l’eden perdu, ne désarment pas. L’heure est au renforcement du front uni, conforté par le refus de toute ingérence réitéré avec force tous les vendredis des manifestations pacifiques. Face aux «parties étrangères hostiles» en relation avec la bande à l’intérieur, évoquées à Oran par le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, la mobilisation des forces patriotiques pour faire barrage aux tentatives de déstabilisation clairement identifiées et relayées par les médias des fake news est un devoir. Pleinement engagée dans la réussite du rendez-vous historique du 12 décembre, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel s’est déclarée confiante que les médias publics et privés privilégieront un traitement équilibré fondé sur «l’objectivité, la partialité et le rejet de la provocation et de l’alarmisme». Dans cette bataille des valeurs et de la consolidation de l’expérience démocratique, le rôle des médias est crucial. «Vous n’êtes pas sans savoir que le professionnalisme et l’éthique constituent le socle de toute action médiatique intègre et la condition sine qua non de la crédibilité», a affirmé le ministre de la Communication à l’ouverture des travaux de la 28e assemblée générale de l’Alliance des agences de presse méditerranéennes.
 Horizons

Une arme  à double tranchant

L’espace méditerranéen, auquel appartient naturellement l’Algérie, porte de grosses fractures entre ses deux rives nord et sud, que certains courants idéologiques, certains intérêts étroits de part et d’autre veulent élargir et approfondir pour créer un fossé infranchissable, tandis que d’autres forces tendent à confiner cet ensemble régional à la marge des affaires internationales, alors même qu’il constitue, sur tous les plans, l’un des centres névralgiques de la planète. Dans un monde où l’information tient une place capitale, celle-ci est également devenue une arme à double tranchant. Les forces centrifuges qui travaillent à fissurer l’espace méditerranéen manipulent, travestissent ou versent dans la contrefaçon des news grâce aux prouesses des technologies modernes. Les effets sont parfois dévastateurs en cette ère de l’information débridée, où le journalisme classique a déjà perdu énormément de terrain et en perd davantage chaque jour. Dans ce cadre, les agences de presse méditerranéennes, grâce à leur professionnalisme et à l’expérience accumulée, peuvent jouer un rôle éminemment positif, tel que l’a souligné le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi, dans son allocution à l’occasion de l’ouverture des travaux de la 28e assemblée générale de l’Alliance des agences de presse méditerranéennes, en indiquant que de «lourdes responsabilités incombent aux agences de presse en matière de prise de conscience et de dissipation des doutes quant aux processus enclenchés, mais aussi du sentiment de désespoir qui pourrait toucher une ou plusieurs franges de la société du fait du foisonnement des fake news qui ne reflètent nullement les bonnes intentions des gouvernements concernant la promotion de la bonne gouvernance et l’ancrage de la pratique démocratique». Des pays de l’espace méditerranéen, telle l’Algérie, qui tentent de s’amarrer à une démocratie à l’abri des effets des influences extérieures néfastes, en souffrent assurément alors même qu’ils ressentent le besoin d’un rôle positif des médias pour conforter leurs parcours. En diffusant des informations crédibles à partir de sources fiables, «avant même que les fabulateurs et les cercles tendancieux n’étalent leur marchandise fourvoyante», ces agences de presse contribueront positivement à l’édification d’un ensemble méditerranéen en accord avec la culture du partage et du vivre-ensemble en paix au bénéfice de tous les peuples qui le composent.
 Horizons

 

Les urnes du changement

A l’approche de l’échéance décisive de la présidentielle du 12 décembre 2019, les manœuvres se multiplient pour tenter de dérouter le processus électoral en plein vol. Une campagne de désinformation, de plus en plus féroce, sévit en relais des tentatives d’ingérence étrangère qui se gardant de balayer intra-muros sur le terrain miné par la violence institutionnelle et sociale de la capitale des droits de l’homme, s’invitant dans le débat algérien porteur de valeurs démocratiques et civilisationnelles unanimement admises. A la logique destructrice des Black blocs et de la répression, se distinguent indéniablement le caractère pacifique du hirak, la maturité et le sens des responsabilités qui ont rendu possible le déroulement sans violence des 33 vendredis de manifestations ininterrompus, favorisé, faut-il le préciser, par l’engagement de l’Armée nationale populaire de protéger et d’accompagner le mouvement citoyen du 22 février. La complicité évidente entre «les parties hostiles qui complotent contre l’Algérie» et les appendices de la bande démasquée ne fait plus mystère. Acculée, une minorité, qui se recrute parmi les partisans de la transition négociée, redoutant le verdict des urnes, s’emploie ainsi à semer le doute pour perturber le processus électoral aux chances de réussite chaque jour plus évidentes. L’arme des fake news est brandie pour discréditer les institutions nationales veillant sur le bon déroulement de la consultation nationale qui, à l’exemple de la révision exceptionnelle des listes électorales clôturée il y a 2 jours, connaît un engouement populaire salué par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi. Au cours des dernières 24 heures seulement, le ministre de la Justice et le parquet d’Alger ont, tour à tour, démenti les allégations sans fondement portant sur les prétendues enquêtes enclenchées sur des personnalités qui ont retiré les formulaires de candidature, le refus par le juge d’instruction près le tribunal de Dar El Beïda de la constitution de l’avocat Mokrane Aït-Larbi dans un dossier en cours d’instruction et, last but not least, l’interrogatoire subi par le juge qui a remis en liberté Karim Tabbou. Tout faux. L’issue démocratique et légale du 12 décembre est, par-delà les agissements d’une minorité aux abois, incontournable pour sonner le glas de l’ère des désignations et de la cooptation à l’origine de la disqualification de la classe politique, renvoyée du hirak, et de la déliquescence du régime finissant. Il appartient, en conséquence, aux citoyens de décider de leur destin à travers les urnes du changement.
Horizons

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

APN
L’Assemblée populaire nationale tiendra, le 05 décembre, une séance plénière consacrée à la présentation et l’examen du projet de loi modifiant et complétant la loi 19-04 relative au placement des travailleurs et au contrôle de l’emploi, du projet de loi modifiant la loi 13-01 portant orientation et organisation du transport terrestre et du projet de loi modifiant la loi 21-15 portant loi d’orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique.

Conseil de la nation
Le Conseil de la nation poursuit ses travaux en séance plénière, le 05 décembre à 14h30, consacrée au vote du projet de loi complétant et modifiant la loi n°84-09 relative à l’organisation territoriale du pays.

 

Ministère de l’Habitat
Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud, présidera, le 05 décembre à 10h30 à Mutuelle des travailleurs des travaux publics de Zéralda (Alger), la cérémonie de remise des clés aux bénéficiaires de logements AADL et LPP.

Ministère de la Solidarité
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, présidera,  le 05 décembre, à 9h30, au CNFPS, l’ouverture des travaux de la session ordinaire du Conseil national des personnes aux besoins spécifique.

Ministère du Tourisme
Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, effectuera,  le 05 décembre, à partir de 13h, une visite de travail dans la wilaya d’Alger.

Ambassade de la RASD
L’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique à Alger organisera, du 19 au 23 décembre, les travaux du 15e congrès du Front Polisario.

Commission nationale pour l’éducation, la science et la culture
La Commission nationale algérienne pour l’Unesco, organisera, le 7 décembre à 10h, en son siège, une conférence sur les valeurs éthiques de l’intelligence artificielle, animée par Ahmed Benzelikha.

MDN
La 1re Région militaire organisera de 2 au 5 décembre, au Complexe sportif régional militaire de Blida, le championnat national militaire de judo.

Sonelgaz
La Société nationale de l’électricité et du gaz organisera, le 7 décembre, à 8h, à l’IFEG de Ben Aknoun (Alger), la 24e journée de l’énergie.

 

 

 

ANVREDET
L’Anvredet, en collaboration avec la DGRSDT, poursuit à l’Université Abdelhamid-Mehri Constantine 2 la rencontre «Innovation et entrepreneurship».

 

 

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 05 décembre , à 10h, la 420e rencontre au musée, avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

AARC
L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organisera, le 7 décembre à 15h30 à Dar Abdellatif (Alger), une exposition de peinture, intitulée «Genèse», de l’artiste Yasmine Siad.

Musée des beaux-arts
A l’initiative de l’ambassade de l’Espagne à Alger, de l’Académie royale des beaux-arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger, une exposition «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnol Goya, se tiendra jusqu’au 15 décembre au Musée des beaux-arts d’Alger.

Commission nationale pour l’éducation, la science et la culture
Le comité technique «communication et information» de la Commission nationale algérienne pour l’Unesco organisera le 7 décembre à 10h en son siège, au Palais Mustapha-Bacha (Alger), une conférence sur les valeurs éthiques de l’intelligence artificielle, animée par le président du comité, Ahmed Benzelikha.

TNA
Le Théâtre national algérien organise, le 05 décembre  à 16h, la générale de la pièce «Ezzawech» de Kamel Yaïche.

 

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept