L'éditorial
Search
Lundi 28 Septembre 2020
Journal Electronique

De la modernité du système bancaire

Voilà, c’est fait, la finance islamique vient de se faire une place dans le paysage bancaire public, après le lancement officiel de la commercialisation par la BNA de produits répondant à ses critères. Car il faut bien préciser que deux banques privées proposaient déjà ce genre de service à la clientèle algérienne, alors que les banques publiques restaient réticentes à investir le créneau, en dépit d’une demande avérée et d’appels de nombreux experts à développer ce segment de la finance qui a connu une croissance phénoménale à travers le monde. Bureaucratie, tabou idéologique et kleptocratie se sont toujours alliés pour ligoter la modernisation et l’expansion des services financiers proposés aux Algériens dont la défection vis-à-vis de la bancarisation de leurs avoirs n’a fait que croître de manière exponentielle, au point qu’aujourd’hui ce sont plusieurs dizaines de milliards de dollars qui circulent en sacs-poubelles lors de transactions commerciales, ou sont entassés dans les sous-sols des villas huppées. On sait au moins depuis l’empereur romain Vespasien, qui devait trouver un moyen rapide de renflouer les caisses de l’Etat, vidées par son prédécesseur, que «l’argent n’a pas d’odeur», ni de religion d’ailleurs, sinon qu’il est lui-même une religion pour certains ! C’est donc de bon augure que la banque algérienne, quel que soit son statut juridique, renoue avec ce qui constitue son essence même, fructifier la ressource monétaire, pour le plus grand bien de l’économie nationale. Mais il ne s’agit pas de rester au simple stade de la symbolique et penser que le mot «islamique» est le sésame qui drainera magiquement toute la manne financière qui échappe aux circuits bancaires. Beaucoup d’Algériens seront certainement sensibles à l’argument religieux et, pour un banquier, il est de bon aloi de le satisfaire du moment que cela ne contrevient à aucune règle de rentabilité. Mais, pour la plupart, cela restera insuffisant tant que le système bancaire n’entre pas dans la modernité, tant dans ses moyens technologiques qu’en matière de qualité des prestations fournies à la clientèle. Plus que proposer quelques nouveaux produits, la banque doit s’atteler à gagner la confiance des Algériens. Tous les experts financiers vous le diront, la confiance est une valeur nodale et est au cœur de toute réussite.
 Horizons

Ensemble pour préserver les acquis

Au bout de 5 mois de dures épreuves, l’espoir d’une sortie de crise pointe à l’horizon. Le chemin est certes long pour se défaire totalement de la pandémie. La thèse de la machination, évoquée par le Premier ministre, prend toute sa signification dans l’accumulation des actes de sabotage pendant l’Aïd et destinés à porter atteinte à l’économie nationale et à la quiétude des citoyens. Mais, comme elle a toujours su le faire, l’Algérie saura dépasser la crise sanitaire qui laisse entrevoir, malgré les attaques de toutes sortes et le non-respect des mesures barrières, une tendance baissière enregistrée pour le 6e jour consécutif. Prête pour la bataille du vaccin qui s’annonce dure et impitoyable, l’Algérie s’attelle également à être parmi les premiers acquéreurs. Des instructions ont été données par le président de la République pour «accélérer les contacts» avec les pays leaders et permettre, selon le ministre de la Santé, de procéder à la vaccination de 70 à 75% de la population. Le bout du tunnel n’est pas loin. Les signes d’optimisme sont confortés par l’annonce de l’ouverture graduelle des grandes mosquées pouvant accueillir 1.000 fidèles, des plages, des lieux de recréation et de détente. A l’issue des travaux du Haut-Conseil de sécurité présidé par le chef de l’Etat, ces décisions encourageantes appellent à plus de vigilance et de responsabilité pour consolider les acquis de la lutte contre la pandémie dans l’intérêt bien compris des citoyens qui sont les premiers à souffrir, socialement, financièrement et psychologiquement, des conditions contraignantes du confinement partiel à domicile. Ces mesures seront accompagnées par le déploiement en force des services de sécurité pour veiller au respect rigoureux du port obligatoire des masques et de la distanciation physique. Le retour progressif à la vie religieuse, sociale et culturelle est une avancée qu’il s’agit de fructifier et d’optimiser grâce au civisme et à un engagement citoyen de tous les instants. Car, au cœur de la campagne de déstabilisation féroce ciblant tout à la fois le corps médical, le patrimoine forestier et les activités de base liées aux besoins fondamentaux des citoyens, les progrès palpables du combat contre la pandémie relèvent inévitablement de la responsabilité collective.
 Horizons

L’Algérie des droits citoyens

La récente nomination des 48 délégués locaux du médiateur de la République contribue indéniablement au renforcement des fondations de la nouvelle Algérie attachée à concrétiser les aspirations populaires pour une vie digne et décente. Au cœur du renouveau, les droits citoyens sont le moteur d’un véritable changement qui consacre la fin des injustices, du favoritisme et des abus de toutes sortes, Il appartient, de ce fait, aux délégués locaux de traduire en actes concrets les préoccupations des citoyens dont ils sont précisément proches, en veillant à une amélioration du service public et à une répartition équitable des projets et des moyens des collectivités locales. Ils constituent la courroie de transmission adéquate entre la société et les institutions de l’Etat appelées à se mettre au diapason des exigences de changement à tous les niveaux. La mission n’est pas aisée, au regard du lourd héritage accumulé pendant plus de deux décennies de non gestion, de corruption et d’injustice. «Je suis conscient du poids et de la dimension de cette mission dans la contribution de l’Algérie nouvelle, une Algérie plus juste, plus équitable et à même de répondre aux aspirations de tous les citoyens», a souligné le médiateur de la République, Karim Younès, promettant de mener une guerre sans merci contre la corruption administrative et toutes les formes d’abus. Conçue comme un instrument de régulation et de recours «non judiciaire», l’autorité de médiation, placée auprès du président de la République, s’occupe du traitement de toutes les requêtes, à l’exception des questions inhérentes à la sécurité nationale, à la défense et à la politique extérieure. L’importance de cette mission est confirmée par les conclusions d’un rapport, adressé au président de la République, faisant état, du 10 mai au 10 juin 2020, de 1.181 requêtes des citoyens provenant de toutes les wilayas, à l’exception de Tamanrasset et Tindouf. Les questions traitées portent essentiellement sur le secteur du travail et de la Sécurité sociale (22%), de la justice (15%) , de l’intérieur (12%) et de l’habitat (11%). A l’aube du changement du mode de gouvernance, la prise en charge effective des attentes des citoyens passe inéluctablement par plus de transparence et un service public efficient.

HORIZONS

Patrimoine forestier en danger

Un virus d’un genre particulier et, cette fois-ci, totalement identifié, sévit dans les massifs montagneux dévastés et réduits en cendres. L’incivisme caractérisé et, dans une moindre mesure, l’imprudence et la négligence ont provoqué un désastre écologique dans un pays confronté à la menace de désertification. C’est assurément un dérapage de trop au bilan désastreux : plus de 4.000 ha détruits du 1er juin au 25 juillet. De Tiaret, connue pour sa végétation dense constituée de pins d’Alep, au massif du Djurdjura, les feux ont mis à mal le patrimoine forestier dans plusieurs wilayas dont les plus touchées sont Saïda, Sétif et Jijel. Il est vrai que la canicule, particulièrement ressentie dans les wilayas de Skikda, Annaba, El Tarf, Chlef, Aïn Defla et Relizane, constitue un facteur de départ de feu. Mais la responsabilité humaine est encore plus grande. Les causes recensées par la Direction générale des forêts sont multiples. Elles vont des simples activités domestiques des riverains au trafic de charbon pendant la fête de l’Aïd El Adha, la mutilation des arbres, au pillage du liège et au braconnage. Les mains criminelles ont alourdi le bilan , alors qu’au début de la campagne 2020, de meilleurs indicateurs que l’année de référence 2018 laissaient présager une meilleure situation. «En ce moment, il y a une pression terrible sur les parcs nationaux et les campings sauvages qui risquent d’alourdir le bilan des incendies durant la saison estivale», estime le directeur général des forêts, Ali Mahmoudi, lançant un appel à la vigilance. Face à cette urgence, un comité de veille a été installé par le premier ministre, Abdelaziz Djerad, pour garantir un suivi de la situation, mener des enquêtes approfondies sur les causes des incendies et sécuriser les personnes et les biens. Sur tous les fronts, l’armée des forestiers et de la Protection civile résistent à l’assaut des flammes dans un combat remarquable avec un esprit de responsabilité et de professionnalisme. Tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés pour une surveillance accrue et une intervention prompte sur les lieux du sinistre, favorisée par le rôle central des conservateurs dont le sens de l’engagement mérite d’être souligné. C’est le cas d’un conservateur, contaminé par le coronavirus, qui n’a pas voulu abandonner le combat de la survie. 

Horizons

Responsabilité citoyenne

L ’appel à la raison et à la responsabilité citoyenne sera-t-elle enfin entendu ? Sous le signe de la recrudescence de la pandémie, la célébration de l’Aïd El Adha suscite légitimement des inquiétudes clairement exprimées par cinq professeurs en médecine à la notoriété internationale bien établie, appelant à tirer toutes les leçons des comportements irresponsables de certains citoyens partagés entre le déni sanitaire, le fatalisme et, dans des cas avérés, l’implication dans une campagne de déstabilisation motivée par des incitations financières. Les dérapages vécus pendant l’Aïd El Fitr sont une illustration parfaite du relâchement et de l’insouciance marqués du sceau des regroupements familiaux considérés comme un facteur de circulation du virus. Il est établi que la contamination de familles entières a pris une proportion alarmante. La ruée vers les marchés à bestiaux, nécessitant leur fermeture pure et simple dans les wilayas de Guelma, Relizane et Djelfa, n’est guère rassurante. Sous haute tension, l’Aïd des valeurs du sacrifice, de la tolérance, de la fraternité et de la solidarité impose, aujourd’hui plus qu’à n’importe quel moment, le respect de la vie humaine mise en danger par l’indiscipline collective. Des recommandations ont été préconisées par la commission ministérielle des fatwas pour garantir l’accomplissement du devoir religieux dans le respect des mesures barrières et des conditions d’abattage. Seront-elles suivies d’effet ? Dans le combat au quotidien contre la pandémie, la reconduction jusqu’au 14 août du confinement partiel à domicile de 29 wilayas et l’interdiction notamment de toute circulation inter-wilayas et du transport urbain public et privé des personnes sont confortées par le durcissement du dispositif de prévention et de contrôle des infractions. Alger, en pole position des cas de contamination devant les 3 autres wilayas à plus de 2.000 cas (Sétif, Blida et Oran), ne sera plus accessible. A l’appel de la population lancé dans les médias et les réseaux sociaux, tous les accès ont été fermés. En coordination avec les autorités locales, la Direction générale de la Sûreté nationale veille, avec la rigueur exigée par la conjoncture, au respect des modalités de confinement, à la sécurisation des espaces publics et des lieux, à la répression de toute infraction et au contrôle des personnes munies d’autorisation. Nous ne cesserons de le répéter : le devoir religieux est inséparable du devoir de respect de la préservation de la santé publique. 

Horizons 

 

  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja
  • Le Président Tebboune inaugure le Cercle du site de l'ANP à Ain Naadja

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Parlement
Le Parlement avec ses deux chambres ouvrira sa session ordinaire le 2 septembre. La séance d’ouverture du Conseil de la nation est prévue à 11h. 

 Exposition  virtuelle

Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

Fédération algérienne de voile 
Le premier stage des sélections algériennes de voile se déroulera la mi-août à l’Ecole nationale des sports nautiques et subaquatiques d’Alger-Plage (Est).

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept