Imprimer

Justice et égalité 

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. C’est le cas de le dire pour ce qui concerne le dossier sensible de l’emploi qui suscite l’intérêt grandissant du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, appelant à la régularisation impérative et définitive des contrats de pré-emploi qui touchent une partie importante de la jeunesse. Une vision globale, adaptée aux réalités du marché, fonde la nécessité de conforter les passerelles entre l’administration et l’entreprise au profit de cette catégorie de la société. Cette priorité dicte une prise en charge rigoureuse des jeunes bénéficiaires au menu de la réunion interministérielle, présidée par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, effectuant une radioscopie complète pour la mise en œuvre d’un plan d’action qui objective les critères et un échéancier bien défini pour permettre, dès novembre 2019, le lancement du processus notamment dans les secteurs porteurs de l’éducation nationale, de la santé, des collectivités locales et de la jeunesse et des sports. Ce n’est que justice pour les jeunes travailleurs, souffrant de précarité et désormais réhabilités à la place qui sied à leur contribution efficace à l’enracinement de la mission de service public. En vertu de l’Etat de droit qui consacre l’égalité citoyenne et la solidarité nationale, cette intégration méritée s’interprète comme une juste réparation d’une situation inconcevable. Dans le Sud, cet engagement de l’Etat prévaut pour combattre le chômage et lever les entraves en matière d’emploi. Dans une dizaine de jours, un plan détaillé sera élaboré, selon le ministre du Travail, Tidjani Hassan Haddam, porteur d’une «réflexion profonde», avec tous les secteurs concernés autour de la «refondation du système de formation professionnelle au niveau des wilayas du Sud pour une réelle adaptation des qualifications des demandeurs d’emploi aux offres de travail exprimées par les entreprises». Mais, assurément, la priorité de l’emploi au Sud, qui revient de droit à la main-d’œuvre locale et des jeunes diplômés, est l’affaire de tous. Elle exige une implication conséquente et coordonnée de tous les acteurs au niveau local.
Horizons