Imprimer

Échec à la fraude

La bonne nouvelle ne peut que réjouir la grande famille judiciaire unie, comme jamais elle ne l’a été, par le devoir de justice. A la faveur d’un dialogue fécond, favorisé par le sens des responsabilités, le retour à la légalité a relégué à l’arrière-plan la crise conjoncturelle des magistrats, qui renouent avec les missions d’une justice indépendante engagée dans la lutte contre la corruption et l’édification d’une véritable démocratie. Telle est la vocation de la justice interpellée par les défis de l’Algérie nouvelle confrontée à l’épreuve des urnes qui scellera la fin des «Présidents fabriqués» et du régime autocratique et prédateur. Mis sur les rails, le processus électoral se renforce par le lancement de la compétition entre les 5 candidats retenus, en attendant, évidemment, les décisions «irrévocables» du Conseil constitutionnel sur les recours des 9 postulants. L’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) met les bouchées doubles pour réussir le pari d’une élection régulière et démocratique, en mettant en place les instruments de contrôle adéquats. Dans une semaine, deux nouveautés permettant de garantir la transparence du scrutin et l’expression démocratique efficiente seront connues. Il s’agit, selon le président de l’Anie, Mohamed Charfi, qui met en garde le peuple algérien contre certaines voix qui remettent en cause le processus électoral et l’intégrité de ses membres, de la présentation, dès la semaine prochaine, d’un système informatique piloté par des experts qui «reléguera la fraude au domaine de l’impossible». Des «méthodes techniques inédites», permettant de transmettre en temps réel les résultats du dépouillement géré par des «centres d’opérations ultra-sophistiqués», sont privilégiées pour garantir la transparence du scrutin confortée par l’élaboration, pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie, d’un «fichier national électronique» qui sera «assaini à 100%». Ce sont là des acquis importants qui renseignent sur les efforts colossaux consentis pour donner forme à la nouvelle Algérie soucieuse de la crédibilité du scrutin et de l’éthique d’une campagne saine et propre.
 Horizons