Imprimer

Les exigences du scrutin

La préparation du rendez-vous historique du 12 décembre va bon train. Elle suscite l’optimisme mesuré du président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi, «techniquement et humainement» prête à relever le défi. Qu’il s’agisse de la restructuration de l’Anie, présente dans les 48 wilayas et dans toutes les communes, ou de l’élaboration des textes réglementaires, les avancées du processus électoral présentent un bilan plutôt positif, particulièrement en matière de prolongation d’une semaine de la période de révision des listes électorales. Il s’agit, indique le président de l’Anie, d’une «bonne initiative» qui a permis d’enregistrer pas moins de 284.000 nouveaux inscrits, de radier plus de 52.000 personnes pour cause de décès et de relever le cas des 98.414 inscrits qui ont changé de lieu de résidence. La mission qui consiste à rendre impossible la fraude n’est pas de tout repos. Si «l’afflux populaire», révélé par la révision exceptionnelle du fichier électoral, est un indicateur encourageant, il reste que l’appel à une contribution des jeunes et des militants du hirak à la surveillance, de bout en bout, du processus électoral vise à défendre le choix souverain du peuple et favoriser l’émergence de la nouvelle Algérie porteuse des attentes citoyennes en faveur d’un changement radical de la gouvernance politique et économique. Les bases du scrutin se consolident. «Dès la fin de l’opération de dépôt des dossiers de candidature, fixée pour samedi prochain, nous entamerons l’opération de vérification et d’étude des dossiers, à travers l’application numérique», a affirmé le président de l’Anie qui se prépare à entamer la nouvelle étape non moins décisive. Elle signe l’engagement des candidats à convaincre l’électorat à déposer un bulletin au fond de l’urne et à faire le choix qui correspond aux convictions idoines. Jusque-là, sur les 145 candidats à la candidature, 6 prétendants se sont placés sur la ligne de départ, en prenant rendez-vous avec l’Anie pour déposer leurs dossiers. Sous de bons auspices, la compétition est lancée pour en finir au plus vite avec la crise politique et consacrer le débat démocratique en vertu civilisationnelle incontournable.
 Horizons