L'éditorial
Search
Samedi 25 Janvier 2020
Journal Electronique

Une initiative porteuse d’espoir

La tenue de la conférence de Berlin, à laquelle a pris part le président de la République, a clairement montré que la solution au conflit qui mine ce pays depuis la chute du guide libyen ne pourra être construite sans la contribution de l’Algérie, que d’aucuns l’ont cru d’avoir les mains trop occupées à faire le ménage chez elle et conclu hâtivement au reflux de son influence. La réunion consultative des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye, que vient d’abriter, à quelques jours d’intervalle, la capitale algérienne, confirme aussi, s’il en était besoin, que sa diplomatie n’a rien perdu de sa pertinence ni de sa force de persuasion auprès des différents acteurs pour éloigner le spectre d’une tragédie sanglante et les risques d’une déflagration de toute la région, qui ne manquerait pas d’éclabousser les pays du nord de la Méditerranée. Ce qui les amènera à la nécessité de s’inscrire dans un processus de résolution pacifique de la crise, supervisé par l’ONU et l’UA, afin de faire barrage à toutes les élans belliqueux que prônent des alliés étrangers et de circonstance, pressés de régler le conflit à leur profit. Pour découler de ses principes fondamentaux, la position de l’Algérie n’a pas varié depuis l’éclatement de la crise. Elle a, en effet, toujours préconisé un règlement de la crise par le dialogue inclusif et insisté et veillé que soient préservées l’indépendance de la Libye, son unité et sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire. Cette constance, cette sagesse face à l’échec patent de toutes les velléités des acteurs étrangers égoïstement intéressés et son adoption par les pays voisins de la Libye, tel que cela transparaît dans le communiqué concluant la réunion de leurs ministres des Affaires étrangères et à travers les déclarations des chefs de délégation, donnent aujourd’hui plus de chances, d’une part, à l’apaisement de la situation sur le terrain des confrontations et, d’autre part, à l’émergence d’une initiative dans un très proche avenir, porteuse d’un sérieux espoir pour le peuple de Libye de renouer avec la paix et la stabilité. 
Horizons

Une communication professionnelle et libre

Le coup d’envoi de la rencontre inédite organisée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec les directeurs et les responsables des 3 chaînes de télévision (EPTV, El Bilad et El Hayet) et des 5 quotidiens (El Moudjahid, El Khabar, Echourouk El Yawmi, Le Soir d’Algérie et Le Quotidien d’Oran) a été lancé, hier, pour consacrer une tradition en rupture totale avec le schéma sclérosé d’une communication résolument orientée vers l’étranger et davantage marquée par le mépris souverain de l’opinion nationale. Le cycle des consultations tous azimuts concerne, précisons-le, l’ensemble des acteurs nationaux du monde de la communication et de l’information sollicité, à bon escient, pour débattre des questions de l’heure et informer régulièrement l’opinion publique. La voie du dialogue et du changement, inscrite dans les engagements du Président en faveur d’une presse libre et responsable, marque une ouverture indéniable, loin des pratiques discriminatoires et de la marginalisation ayant jusque-là prévalu. Elle entend combattre la désinformation et la manipulation, en posant les bases d’une communication professionnelle et performante qui utilise l’agence Algérie Presse Service comme l’unique moyen de transmission de l’information officielle et se développe sous l’autorité du ministre conseiller à la communication, porte-parole de la Présidence, Belaïd Mohand Oussaïd. Il s’agit donc d’opérer, dans un climat requérant «la pondération et la sérénité», une refondation du passage médiatique à «la hauteur des attentes de la nation» pour réhabiliter le «rôle d’éclaireur» et œuvrer au «renforcement du professionnalisme, loin de toute désinformation, propagande ou diffamation contre quiconque». L’état des lieux est déplorable au regard de la dérive monstrueuse caractérisée par la recherche du sensationnel, l’invective et la diffamation. L’urgence d’une «réforme globale», plaidée par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, est incontournable pour «une presse libre dans le respect des lois de la République». C’est là le socle de la nouvelle République.
Horizons

La communication à l’épreuve des réformes

Le secteur de la communication et de l’information, au sortir d’une expérience forgée dans la douleur et confronté à la chape de plomb d’un despotisme anachronique, est assurément à la croisée des chemins. Il faudra bien en convenir que les acquis immenses de la liberté d’expression sont sérieusement menacés par la propagation de fake news, le dévoiement des réseaux sociaux et les pratiques immorales attentatoires à la dignité des personnes, incompatibles avec le professionnalisme, la quête de la véracité des faits et le droit du citoyen à une information complète et objective. En revendication majeure du hirak, le changement est indéniable dans un secteur-clé, interpellé également par le poids de la révolution numérique. En mouvement, la nouvelle République entend concrétiser l’espoir du renouveau partagé dans le cadre d’un dialogue global avec l’ensemble des acteurs de la communication et de l’information. Pour la première fois, une rencontre entre le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et une délégation de responsables de médias publics et privés aura lieu aujourd’hui pour débattre du devenir et du rôle important de la presse «à la hauteur des attentes de la nation». Après le cycle des rencontres avec des personnalités politiques, le président de la République s’attaque au chantier de la communication, débarrassée des scories du passé et engagée dans un processus de remise en ordre salutaire pour le renforcement du professionnalisme «loin de toute désinformation, propagande ou diffamation contre quiconque». Au regard des dérives unanimement dénoncées, il s’agit de mettre sur orbite une presse libre assurée du soutien total, y compris la manne publicitaire publique conçue comme un levier important de consolidation de la liberté d’expression immuable. Mais, dira le Président dans son discours d’investiture, une presse libre qui n’aura pour seule limite que la loi. Elle est appelée à jouer pleinement son «rôle d’éclaireur» pour réhabiliter le professionnalisme et s’écarter des pratiques de l’invective, des insultes et de la diffamation. Cette remise en ordre postule nécessairement à une réforme globale, défendue par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, acquis à un dialogue participatif. «La liberté et la responsabilité sont étroitement liées pour garantir une pratique paisible des libertés.» Le chantier est ouvert.
Horizons

 

L’Algérie aux côtés de la Libye

La nouvelle République reprend ses droits pour apporter sa contribution au retour de la paix dans la Libye sœur et voisine, victime de l’intervention étrangère et d’une militarisation accrue par le fait de la présence de combattants étrangers et de l’interférence d’acteurs étrangers coupables d’un afflux considérable d’armes lourdes et légères dans la poudrière libyenne. En pivot reconnu par la communauté internationale, la participation à la conférence de paix de Berlin, qui est la première destination du président de la République depuis son investiture, marque un attachement viscéral à l’option de la paix menacée par les tentatives portant atteinte à l’unité et la souveraineté libyennes et à la stabilité régionale. Dans son intervention, le président Tebboune a dénoncé fermement «la politique du fait accompli», aggravée par les afflux d’armements, l’implication de combattants étrangers et la présence de groupes terroristes. «Nul n’ignore, en outre, que les luttes d’influence régionales et internationales et la multiplicité d’agendas contradictoires jouent en faveur du statu quo, ce qui est de nature à mettre en échec les efforts onusiens et régionaux pour parvenir à une solution politique», a souligné le président de la République, appelant la communauté internationale à «assumer ses responsabilités». A équidistance avec tous les protagonistes, l’Algérie, totalement engagée dans la recherche d’une solution pacifique de la crise compromise par la multiplication des agendas étrangers, se déclare «prête à accueillir le dialogue attendu entre les Libyens» pour remettre sur les rails le processus de l’ONU et faire face à «cette grave et inédite escalade de la crise libyenne». L’urgence d’une feuille de route «aux contours clairs et contraignante, destinée à faire respecter la trêve et inviter les parties en conflit à la table des négociations, s’impose dans la conférence de Berlin appelée à stopper l’approvisionnement des parties en armes et stabiliser la trêve pour laquelle l’Algérie a multiplié les initiatives. «Je suis confiant en la capacité du peuple libyen à surmonter seul cette épreuve, si l’occasion lui est donnée», a indiqué le président de la République. Il n’y a pas d’autre alternative au retour à la table du dialogue.
 Horizons

Devoir de solidarité et de fraternité

La Libye de l’Algérie un engagement sans réserve pour briser le cycle infernal de la violence générée par l’intervention illégale de l’Otan et exacerbée par le déploiement des troupes étrangères dans un pays éclaté, hanté par la prolifération des milices, possédant l’un des stocks d’armes le plus important en Afrique et institué en paradis de trafic d’armes. La poudrière libyenne impose la responsabilité totale et entière de l’Occident, coupable d’une opposition au règlement pacifique initié par l’Union africaine dès le déclenchement de la crise, et de la communauté internationale impuissante à faire respecter le processus de négociation mené sous l’égide de l’ONU. Le drame libyen se nourrit des rivalités libyennes alimentées par le jeu de massacres des puissances régionales et internationales qui convoitent le marché pétrolier. La dérive, aux conséquences dramatiques pour le peuple libyen, prend des proportions inquiétantes pour la paix, la stabilité et la sécurité de toute la région sahélienne et méditerranéenne. Aux côtés de la Libye dont elle partage le devoir de solidarité traditionnelle, les liens de fraternité et les relations de bon voisinage, l’Algérie a été de fait confortée dans sa constante préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Libye, privilégiant le dialogue inclusif et le règlement pacifique de la crise par les Libyens, loin de toute ingérence étrangère. En pivot de la paix et de la stabilité régionale, l’Algérie reste aux yeux du président du Haut-Conseil de l’Etat libyen, Khaled El-Machri, «la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres», forte de sa position de non-ingérence dans les affaires internes des Etats. Le retour en force de l’Algérie, multipliant les initiatives, légitime une approche validée par les visites à Alger du président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’union nationale libyen, Fayez El Serraj, des ministres des Affaires étrangères de la Turquie et de l’Egypte et du président du Conseil italien. Mue par la volonté de créer les conditions idoines pour la relance du processus de dialogue inter-Libyens, la présence du président de la République Abdelmadjid Tebboune à la conférence de Berlin, organisée sous l’égide de l’ONU, participe de cette volonté de donner toutes les chances à l’option de la paix et la conclusion d’un cessez-le-feu auquel l’Algérie a consacré tous ses efforts. Il s’agit effectivement d’une avancée indéniable cautionnée par les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine et des 6 pays (Algérie, Egypte Emirats arabes unis, Italie, Turquie et Congo) présents au rendez-vous de Berlin de la dernière chance de la paix.
 Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère des Finances
Le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, présidera, le 26 janvier à 8h30, la cérémonie de commémoration de la Journée internationale de la douane, organisée par la Direction générale des Douanes à la salle des conférences de la wilaya de Tipasa .

Ministère de l’Enseignement supérieur
La Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organisera, les 25 et  26 janvier à l’Université Djilali-Liabès de Sidi Bel-Abbès, un workshop sur l’élaboration d’un plan d’action national stratégique dans le domaine de la micro-électronique.

Ministère du Commerce
Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, accompagné du ministre délégué au Commerce extérieur, Aïssa Bekkaï, présidera, le  25 janvier  à 9h au siège de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur, la rencontre nationale avec les cadres du secteur.

 

Ministère de la culture 

La ministre de la Culture, Malika Bendouda, présidera, le 25 janvier à 15h30 au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (Alger), la cérémonie en l’honneur du groupe artistique de la pièce théâtral GPS.

Ministère de l’Enseignement supérieur

La Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organisera, les 25 et 26 janvier à l’Université Djilali- Liabès de Sidi Bel-Abbès, un workshop sur l’élaboration d’un plan d’action national stratégique dans le domaine de la micro-électronique.

 

Musée national du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 27 janvier à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 435e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

Wilaya d’Alger
Le wali d’Alger présidera, le 25 janvier   à 13h30 à la salle de conférences de la wilaya, en compagnie des ministres du Commerce et de la Micro-Entreprise, des Start-Up et de l’Economie de la connaissance, et des ministres délégués chargés des Incubateurs et des Start-Up, une conférence de presse autour de la campagne de sensibilisation sur la numérisation, la passation de marchés et le paiement électronique.

Salon national du recrutement
Le 14e Salon national du recrutement «Carrefour, emploi et formation» se tiendra du 28 au 30 janvier à la Safex (Alger).


éditionS Chihab
Les Editions Chihab organisent, le 25 janvier  à 14h à la librairie Chihab (Bab El Oued, Alger), une rencontre-débat avec Abdelkader Kara à l’occasion de la parution de son ouvrage «Mémoire d’un combattant de la base de l’Est».

HCI

Le Haut-Conseil islamique organisera, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le colloque international Mohamed El Arabi Ben Etebani intitulé «La connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

 

 Salon national du recrutement

Le 14e Salon national du recrutement «Carrefour, emploi et formation» se tiendra, du 28 au 30 janvier, au Centre international des conférences Abdellatif-Rahal (Alger).

 

Université Oran 1

L’Université Oran 1 Ahmed-Ben-Bella organisera, à la fin du mois de janvier, des journées scientifiques dédiées à l’agriculture intelligente.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, à faire un don de son sang.

 

Opéra d’Alger
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’opéra d’Alger Boualem-Bessaïh présente, du 21 au 24 janvier à 19h, le spectacle «la Belle au bois dormant», du ballet de Saint-Pétersbourg.

Ligue algérienne de la pensée et de la culture
La Ligue algérienne de la pensée et de la culture organisera sa 9e conférence, le 25 janvier, à 13h, au palais de la culture Moufdi-Zakaria (Alger).

 

Éditions Chihab
Les éditions Chihab organiseront, le 25 janvier à 14h, à la librairie Chihab, à Alger, une rencontre-débat avec Abdelkader Kara à l’occasion de la parution de son ouvrage Mémoire d’un combattant de la base de l’Est.

 

Ligue algérienne de la pensée et la culture
La Ligue algérienne de la pensée et de la culture organisera sa 9e conférence, le 25 janvier à 13h, au palais de la culture Moufdi-Zakaria, Alger.

UGCAA

L’Union générale des commerçants et artisans algériens organisera, le 26 janvier à 10h en son siège à Alger, une conférence de presse sur les accidents de la circulation.

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept