L'éditorial
Search
Jeudi 09 Avril 2020
Journal Electronique

Le compromis de toutes les attentes

Au sortir d’une longue léthargie, l’Opep+, par ailleurs confortée par la large adhésion d’autres acteurs influents sur la scène pétrolière, est enfin décidée d’agir et de revenir à ses fondamentaux pour sortir du «double choc» de la pandémie et de la baisse drastique des prix qui ont gravement et durement impacté l’économie mondiale. Bien loin des tensions entretenues par des divergences anachroniques, la raison et le sens des responsabilités ont donc prévalu. A la veille de la conférence extraordinaire, présidée par l’Algérie, le retour à la stabilité est assurément à la portée de la démarche consensuelle ancrée dans l’«accord historique» d’Alger de septembre 2016 arraché dans des conditions tout aussi contraignantes. L’Algérie a appelé à saisir cette opportunité pour resserrer les rangs et renforcer la cohésion de la famille des producteurs invités à décider d’une réduction «globale, massive et immédiate». Pour ce faire, elle est mobilisée comme toujours pour favoriser le rapprochement des vues pour œuvrer à la stabilisation du marché dans l’intérêt bien compris des producteurs et des consommateurs, interpellés par la baisse drastique des prix pétroliers et la saturation à terme des stocks, comme l’a opportunément souligné le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab. Les signes avant-coureurs plaident pour la nécessité d’un compromis revendiqué par la Russie «prête à coopérer», l’Arabie saoudite appelant à une rencontre d’urgence et le soutien des producteurs hors Opep. Le consensus se forge autour de la réduction de 10 millions de barils par jour, voire plus. Le scénario réaliste, jugé «excellent» pour la relance de l’industrie pétrolière, constitue une base de départ non négligeable pour sortir de l’impasse et remettre sur les rails une organisation menacée dans ses fondements unitaires et son fonctionnement régulier. La seule alternative réside dans le renforcement de la coordination, la coopération et l’unité pour rééquilibrer le marché et permettre le redressement attendu des cours pétroliers.
 Horizons

Rappel à l’ordre

C’est à un rappel à l’ordre que le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, vient de procéder à travers une instruction à l’adresse des walis et des structures en charge de faire respecter les règles de confinement. C’est un fait que celui-ci n’est pas observé par tous. Certains l’ignorent totalement quand d’autres l’enfreignent allègrement, par inconscience ou fanfaronnade, ce qui réduit considérablement l’efficacité de cette mesure dont l’objectif est de casser la chaîne de transmission du Covid-19 et empêcher ainsi qu’une vague déferlante submerge un système de santé dont chacun connaît toutes les insuffisances et dysfonctionnements qui, en temps normal déjà, entravaient son action. Au demeurant, même les systèmes de santé les plus performants à travers le monde ont été mis sérieusement à mal par l’ampleur que l’infection avait prise avant la proclamation de l’état d’urgence sanitaire. Les autorités de certains pays, où le confinement se relâche également, ne cessent d’appeler d’ailleurs la population à se ressaisir pour empêcher que se forme une seconde vague de contamination qui aurait des conséquences désastreuses. Si certains transgressent le confinement en sortant et en se regroupant, d’autres Algériens font du zèle dans le confinement de sorte que, malgré l’autorisation d’activer qui leur est dévolue, certains commerçants ont complètement baissé le rideau, désertant le marché et abandonnant les consommateurs au triste sort du retour chez soi le couffin vide. Une indisponibilité artificiellement créée des produits de consommation courante favorise inévitablement les comportements allant à l’encontre du respect des mesures barrières. Tous les responsables concernés sont ainsi appelés à plus de discipline, quitte à appliquer la loi dans toute sa rigueur, c’est-à-dire infliger froidement les sanctions pénales prévues dans ce cadre. Les réfractaires encourent des amendes, mais également des peines d’emprisonnement et la mise en fourrière des véhicules des récalcitrants. Le mieux serait, bien sûr, de ne pas arriver à ce genre d’extrêmes, mais il est vain de compter uniquement sur le sens civique que, d’évidence, certains n’ont pas.
 Horizons

L’effort national à l’épreuve de la pandémie

La riposte s’organise rapidement et efficacement. Face à la pandémie qui avance à un rythme alarmant, comme l’a indiqué le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, l’urgence de la mobilisation de tous les moyens humains, matériels et financiers ne fait aucun doute sur la volonté de l’Etat de tout mettre en œuvre, et les capacités existent, pour sortir de la crise sanitaire d’une rare intensité. «L’Algérie va se débarrasser de cette pandémie tôt ou tard», a lancé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, supervisant l’opération de livraison de la première commande des moyens de protection arrivée de Chine à bord de
2 avions-cargos de l’Armée nationale populaire. Elle porte sur un lot de 8,5 millions de masques chirurgicaux de type plis et 100.000 masques FFP2. D’autres commandes vont bientôt arriver pour renforcer le dispositif de prévention et de protection qui s’inscrit dans la démarche prônée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, révélant, lors de la rencontre avec les responsables des médias nationaux, le programme d’importation de 100 millions de masques et de 30.000 kits de dépistage. Dans l’effort de guerre contre la pandémie, marqué du sceau indélébile de la traditionnelle solidarité algéro-chinoise transcendant les rivalités occidentales d’une rare férocité, l’Etat se donne les moyens de lutte appropriés avec la certitude de s’en sortir avec le «minimum de préjudice». Le recours au traitement à la chloroquine, prescrit à 600 patients sous haute surveillance médicale, soulève une lueur d’espoir attestée par les résultats satisfaisants enregistrés dans plusieurs pays. Il y a à espérer davantage de l’élan de mobilisation de toutes les composantes de la société et de la chaîne de production nationale aux potentialités insoupçonnées. De Saidal à l’Enie (Entreprise nationale de l’industrie électronique), en passant par les centres de formation et les centres de recherche, les initiatives se multiplient pour atténuer la tension sur les hôpitaux et satisfaire les besoins du corps médical présent admirablement en première ligne du combat contre l’ennemi invisible. Le lancement par l’Enie de la production d’insufflateurs et de respirateurs, en remplacement de l’intervention manuelle d’assistance médicale, est réellement encourageant dans la consolidation de l’effort national et l’élan de solidarité érigé en rempart contre une pandémie dévastatrice.
 Horizons

Détermination et solidarité

Le constat peut paraître sévère. Mais le défi de la pandémie commande une rigueur dans l’approche d’un fléau rarement vu dans toute l’histoire de l’humanité. L’élite scientifique mobilisée dans le comité de suivi et d’évaluation et engagée dans la première ligne de défense contre l’épidémie alerte sur le risque de propagation du virus aggravée par le comportement irresponsable de certains citoyens bravant toutes les mesures de prévention et de confinement. Prête au combat, l’Algérie, qui a su éviter dès le déclenchement de l’épidémie le piège de l’indifférence, doit cependant faire face avec la même détermination à la vague de contaminations qui touche désormais 42 wilayas et affecte plus particulièrement, outre Blida placée en confinement total, Alger, Tizi Ouzou et Oran. Elle doit en conséquence se préparer pour remonter la pente et surmonter victorieusement et incontestablement une si dure épreuve. Jusqu’au 19 avril, toutes les wilayas ont été mises en confinement partiel (de 17h à 7h), à l’exception de 9 wilayas (Alger, Tipasa, Tizi Ouzou, Béjaïa, Sétif, Aïn Defla, Tlemcen et Oran) soumises à la tranche horaire
15h-7h. L’inquiétude est réelle. La courbe l’atteste amplement. De 5 cas confirmés et aucun décès enregistré, le 2 mars dernier, le bilan présenté, samedi dernier, par le porte-parole du comité de suivi, Djamel Fourar, est passé à 1.251 cas confirmés et 130 décès dont près de la moitié a été recensée à Blida et Alger. Il est donc temps de revenir aux valeurs de solidarité, d’unité et de fraternité qui ont fait la force de l’Algérie conquérante, généreuse et digne. En totale symbiose avec la dynamique de mobilisation nationale, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et les membres du gouvernement ont fait don d’un mois de salaire pour contribuer à l’effort national de lutte contre l’épidémie. Le geste de fraternité traduit «un élan de solidarité nationale et d’entraide sociale avec la certitude de surmonter cette épreuve avec le minimum de préjudice». C’est également cette Algérie fraternelle qui a fait la promesse solennelle de n’abandonner aucun Algérien et aucun ressortissant rapatrié jusqu’au dernier. Unis par le destin collectif et solidaires dans cette dure épreuve, nous sortirons indemnes de cette crise sanitaire d’une extrême gravité.
 Horizons

Ensemble contre  le coronavirus

La propagation du coronavirus impose une plus grande vigilance et une prise de conscience accrue de la pandémie aux conséquences dévastatrices que certains de nos concitoyens n’ont pas estimée à sa juste mesure. Des vies humaines sont fauchées chaque jour, malgré l’engagement sans réserve de l’Etat, le sens du sacrifice admirable du corps médical dans toutes ses composantes et la mobilisation de la société unie par le devoir de solidarité. L’Algérie, relativement épargnée par l’hécatombe qui s’abat sur le monde, a franchi la barre des 1.000 cas confirmés et des 100 décès. Elle se bat avec ses armes et ses valeurs pour surmonter cette dure épreuve. Dans un appel aux citoyens, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a appelé au respect «absolu» du confinement appliqué aux 15 wilayas pour endiguer une épidémie présente désormais dans 42 wilayas. «C’est le seul moyen d’éviter qu’il y ait une propagation du virus et amener petit à petit l’apaisement et le règlement de la crise sanitaire», a souligné le Premier ministre dans une déclaration à la radio nationale, rappelant les mesures de prévention et de protection prises dès le début de l’épidémie. Le combat sera long. L’esprit de responsabilité doit prévaloir pour conforter les bases d’une riposte nationale organisée. L’Algérie a les moyens de s’en sortir grandie de cette épreuve. A maintes reprises, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a tenu à rassurer sur la disponibilité des ressources financières, matérielles et humaines qui nous permettent de tenir dans la durée, malgré la chute des cours du marché pétrolier. Avec des réserves de change estimées à 60 milliards de dollars et un stock alimentaire suffisant jusqu’au premier trimestre 2021, les capacités nationales de riposte sont davantage renforcées par la mise en route de la chaîne de production nationale publique et privée, tournée vers la satisfaction des besoins essentiels, notamment en denrées alimentaires, en équipements et en produits médicamenteux tels que les masques, le gel hydroalcoolique et les gants de protection. L’initiative louable de l’équipe médicale du centre hospitalo-universitaire Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou, mettant en place un système de téléconsultation pour le dépistage du coronavirus, soulève un optimisme sur une sortie rapide de la crise sanitaire. Le bout du tunnel est au bout de l’effort national de guerre contre une pandémie rare dans l’histoire de l’humanité.
 Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Algérie Télécom

Algérie télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algérietelecom.dz. Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements directement sur le site web sans déplacement.

Djazagro

Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins-Maritimes (Alger).

Urbanisme

La revue Vies de Villes organise, le 8 avril prochain à l’Ecole d’hôtellerie et de restauration d’Alger, une journée d’étude sous le thème «Concevoir l’habillage architectural : Esthétique, couleurs, métabolisme et durabilité».

Salon import-export

Le Salon import-export inter-africains Impex 2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Culture

La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report, à des dates ultérieures, du Festival culturel national annuel du film amazigh (Fcnafa) et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturgie en tamazight. Le dépôt des candidatures à ces deux manifestations a été, donc, prolongé.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire
don de sang.

 

Centre d’études diocésain
Le centre d’études diocésain Les Glycines ferme ses portes et annonce la suspension de toutes ses activités culturelles et scientifiques jusqu’à nouvel ordre, et ce, en raison de la pandémie du coronavirus.

 

Ministère de l’Environnement
Dans le cadre de la lutte contrela propagation de la pandémie du coronavirus, le directeur général de l’Agence nationale des déchets, Mohamed Karim Oumane, procèdera le 08 avril  à 10 heures à la distribution de matériels à l’hôpital 1er- Novembre d’Oran.

 

 

Hebergement/Kdhosting : kdconcept