Imprimer

Les enquêtes judiciaires qui concernent des hommes d’affaires et des hauts cadres de l’Etat se poursuivent au niveau du pôle judiciaire spécialisé près le tribunal de Sidi M’hamed. Cette juridiction a ouvert dimanche le dossier lié aux avantages accordés par l’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi).

Alors que tout le monde attendait la comparution de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, patron du groupe Tahkout, c’est l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui était le premier arrivé vers 14h40 à bord d’un véhicule conduit par son chauffeur au tribunal de Sidi M’hamed. Il s’agit de sa 3e comparution devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed. Mais aucune information n’a filtré sur le motif de sa convocation pour savoir si c’est en tant que mis en cause ou témoin. Quelques minutes plus tard, l’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, arrive à bord d’un véhicule immatriculé à Sétif, une serviette en cuir à la main. Il quitte le tribunal 10 minutes après sa comparution. Selon une source proche du dossier, «son audition a été reportée suite à sa demande au juge chargé du dossier. Vers 15h15, des cadres du ministère de l’Industrie et de l’Andi arrivent à bord de fourgons de la Gendarmerie nationale. Des cadres de l’Office national des œuvres universitaires (Onou) et de l’Etusa les suivent quelques minutés plus tard. Ils ont été auditionnés par le juge d’instruction près le pôle judiciaire spécialisé pour «non-respect de la réglementation», «perception d’indus avantages» et «abus de fonction». Certains sont auditionnés en tant que témoins. Il est 15h30 quand l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout apparaît en compagnie de son frère Nacer et son fils Bilel. Le patron a fait l’objet d’enquête sur deux dossiers phare. Il s’agit d’obtention d’indus avantages relatifs au montage automobile et obtention d’indus avantages accordés par l’Andi, le transport universitaire et les œuvres universitaires, le foncier agricole et le transport urbain. En outre, des cadres du ministère des Transport et de l’Etusa ont été présentés devant le juge d’instruction chargé de ces dossiers. En effet, des transactions que le groupe Tahkout a conclues avec la SNVI portant sur l’acquisition de bus et de camions ont fait l’objet d’enquêtes de la GN. L’homme d’affaires devra également s’expliquer sur d’autres contrats passés avec les services des œuvres sociales et universitaires. Mahieddine, Rachid et Nacer Tahkout ont fait l’objet d’interdiction de sortie du territoire national sur ordre du parquet de Sidi M’hamed. A l’heure ou nous mettons sous presse, les auditions se poursuivaient toujours.

Neïla Benrahal